La bourse est fermée

Poutine veut changer la Constitution, le gouvernement russe démissionne

latribune.fr

À quatre ans de la fin de son mandat présidentiel, le dernier en l'état actuel des règles en vigueur en Russie, Vladimir Poutine a proposé mercredi une réforme constitutionnelle qui alimente les discussions sur ses intentions pour l'après 2024.

Dans son discours annuel sur l'état de la nation, le chef d'Etat a proposé que cette réforme soit soumise à référendum et a suggéré que le Premier ministre soit à l'avenir désigné par le Parlement, tout en soulignant qu'il n'entendait pas modifier le caractère présidentiel du régime russe.

Dans le système qu'il propose, le Premier ministre ferait investir son gouvernement par la Douma.

"Le président serait alors obligé de les désigner. Le président n'aurait pas le droit de rejeter les candidats investis par le Parlement", a-t-il dit.

Au pouvoir depuis 1999, que ce soit en tant que président ou Premier ministre, Vladimir Poutine n'aura pas le droit de se représenter en 2024, la Constitution interdisant l'exercice de plus de deux mandats présidentiels consécutifs.

Ses adversaires pensent qu'il n'a pourtant nullement l'intention de renoncer au pouvoir et qu'il pourrait être tenté d'élargir les prérogatives du Parlement et du Premier ministre avant d'endosser en 2024 les fonctions de chef du gouvernement.

Le Premier ministre russe Dmitri Medevev a présenté mercredi au président Vladimir Poutine la démission de son gouvernement, une annonce surprise après un discours du chef de l'Etat annonçant des réformes de la Constitution.

"Nous, en tant que gouvernement de la Fédération de Russie devons donner au président de notre pays les moyens de prendre toutes les mesures qui s'imposent. C'est pour cela (...) que le gouvernement dans son ensemble donne sa démission", a dit, selon les agences russes, M. Medvedev.

(avec Reuters et AFP)

Retrouvez cet article sur La Tribune.fr