La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1872
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 812,50
    -18,70 (-1,02 %)
     
  • BTC-EUR

    35 103,68
    -189,04 (-0,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3908
    -0,0050 (-0,35 %)
     

Poutine impose aux géants technologiques étrangers d'ouvrir des filiales en Russie

·2 min de lecture

Le président russe souhaite une fois de plus étendre son contrôle sur les plateformes numériques et les réseaux sociaux. Vladimir Poutine vient de signer une loi obligeant les géants technologiques étrangers à ouvrir des filiales en Russie.

Le président Vladimir Poutine a signé une loi imposant aux étrangers d'ouvrir des filiales en , selon un document publié jeudi par le Kremlin. "Une entité étrangère, exerçant des activités sur internet en Russie, est obligée de créer une succursale, d'ouvrir un bureau ou d'établir une entité juridique russe", indique la nouvelle loi.

Alexander Khinshtein, chef du comité de la politique de l'information et des technologies de l'information à la Douma, la chambre basse du Parlement russe, a précisé que la loi s'appliquait aux entreprises technologiques dont l'audience quotidienne en Russie est d'au moins 500.000 personnes.

Les doivent enregistrer un compte personnel sur le site internet de Roskomnadzor, l'autorité nationale de régulation des communications, a-t-il ajouté.

La nouvelle loi affecte potentiellement 20 entreprises, dont des détaillants et des sociétés de commerce en ligne, a rapporté l'agence RIA. Les contrevenants s'exposent à des sanctions telles que des interdictions de publicité.

Lire aussi

Des entreprises dans le viseur de la Russie

, et ont déjà infligé par le passé des amendes à des entreprises qui ne suppriment pas des contenus qu'elle juge illégaux.

Moscou a notamment ralenti le débit de Twitter à titre de sanction, et a ouvert mercredi une nouvelle procédure contre Google, filiale d'Alphabet, pour violation de la législation sur les données personnelles.

Facebook, Google, Telegram et Twitter doivent par ailleurs passer devant les tribunaux russes dans le courant du mois pour de nouvelles accusations de non suppression de contenus jugés illégaux.

(Reuters)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles