La bourse ferme dans 7 h 27 min
  • CAC 40

    7 103,00
    +89,86 (+1,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 176,38
    +56,96 (+1,38 %)
     
  • Dow Jones

    32 244,58
    +382,60 (+1,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0728
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 968,70
    -14,10 (-0,71 %)
     
  • Bitcoin EUR

    25 821,86
    -656,63 (-2,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    600,52
    +0,85 (+0,14 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,26
    +0,62 (+0,92 %)
     
  • DAX

    15 121,36
    +187,98 (+1,26 %)
     
  • FTSE 100

    7 499,71
    +95,86 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    11 675,54
    +45,02 (+0,39 %)
     
  • S&P 500

    3 951,57
    +34,93 (+0,89 %)
     
  • Nikkei 225

    26 945,67
    -388,12 (-1,42 %)
     
  • HANG SENG

    19 258,76
    +258,05 (+1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2230
    -0,0043 (-0,35 %)
     

Pourquoi Volkswagen mise sur les USA autant que sur la Chine pour gonfler ses marges

Image © Volkswagen

Loin de revenir sur les choix stratégiques de son prédécesseur, le nouveau patron du Groupe Volkswagen investit dans l’électrique autant que dans le logiciel. Et s’il persiste à croire en ses chances en Chine, il voit en les USA un relais de croissance plutôt inattendu.

Investir 180 milliards d’euros sur les cinq années à venir pour combler le retard sur Tesla. Fidèle à son habitude, le Groupe Volkswagen avance de gros chiffres, sans qu’on sache bien s’il s’agit intégralement de moyens supplémentaires ou bien de l’addition d’engagements déjà pris. Peu importe. Ce chiffre présente l’avantage de frapper les esprits. Il n’en fallait pas moins pour contredire la rumeur selon laquelle le nouveau patron Oliver Blume souhaitait renverser la stratégie de son prédécesseur, Herbert Diess, et “ramener à la réalité un constructeur obsédé par sa conversion rapide à la voiture électrique”, persiffle un analyste financier.

Oliver Blume admet l’impérieuse nécessité pour le Groupe Volkswagen d’accroître rapidement le volume de ses ventes de véhicules purement électriques, afin de tirer le plein profit de ses économies d’échelle. Porsche et Audi, par exemple, lanceront chacun un SUV électrique Macan et Q6 en 2024, construits sur la même plateforme. Mais dans le même temps, Oliver Blume reconnaît officiellement que le groupe vendra encore des motorisations thermiques bien après 2035, “pour répondre à la demande dans les régions du monde qui avancent moins vite que l’Europe en matière d’électrification”.

Les électriques devraient assurer 20 % des ventes du Groupe Volkswagen en 2025, puis 50 % en 2030

Le plan d’investissement dévoilé ce matin ne remet nullement en cause les calendriers de lancements des électriques chez Volkswagen, Cupra, Audi ou Porsche. Bien au contraire. Les deux tiers environ des 180 milliards annoncés iront au développement de véhicules électriques, de batteries et au système d’exploitation maison. Rien que 2 milliards d’euros seront investis dans l’édification en Caroline du Sud d’une usine pour le montage de modèles Scout réservés à l’Amérique du Nord (un gros 4x4 et un SUV électriques).

Lire aussiPourquoi Volkswagen ressuscite Scout aux États-Unis

Le coût de la création pour Scout d’une plateforme électrique exclusive, dont [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi