La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 166,67
    -11,52 (-0,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Pourquoi les voitures d'occasion sont de plus en plus chères

Image © Nissan

La forte inflation des prix des véhicules neufs, résultat de la pénurie de voitures, se répercute sur l'occasion. Alors que le marché baisse, faute de disponibilités, la transaction moyenne en occasion se situe en 22 et 24.000 euros aujourd’hui, selon Reezocar. Contre 21.000 en début d’année.

Plus rares, plus chères. Une loi d'airain. Le marché des voitures d’occasion explosait jusqu’à la fin 2021. Mais las! Les pénuries de voitures neuves finissent par se ressentir en occasion. Moins de voitures disponibles signifie des prix en pleine inflation et donc moins de transactions. Même si les vieux véhicules résistent mieux que les plus récents. En octobre dernier, les "ventes de véhicules âgés de moins de cinq ans ont chuté de 30%, celles des modèles de plus de cinq ans ont mieux résisté, mais baissent quand même de 15%", note Laurent Potel, PDG et co-fondateur de Reezocar, le site de vente de voitures d’occasion en ligne racheté il y a deux ans par la Société générale.

Au premier semestre, les transactions de véhicules usagés avaient reculé au total de 10% en France à 2,7 millions d’unités. Le marché du neuf, lui, plongeait de 18%. Selon le site Autoscout 24, la baisse avait atteint ensuite -16,5% en août, -15,5% en septembre. Sur ce même mois, les ventes de Renault, Peugeot, Citroën d’occasion fléchissaient de 17-18%, celles du haut de gamme BMW ou Mercedes de 13-14%. Il se vend tout de même trois fois plus de véhicules usagés (au premier semestre) que de modèles neufs. Soit toutefois moins que le ratio de 3,6 de l’an passé.

22-24.000 euros en moyenne

La pénurie de véhicules a provoqué une hausse forte des tarifs moyens en occasion. "La transaction moyenne en occasion se situe entre 22 et 24.000 euros aujourd’hui, contre 21.000 en début d’année et 15.000 lorsque nous avons démarré notre activité en 2014", assure Laurent Potel. Le prix moyen des annonces de véhicules d'occasion atteint même 29.000 euros, selon Autoscout 24. "La seule manière de combattre la hausse des prix, c’est le leasing (location)", souligne du coup le dirigeant de Reezocar, qui propose désormais tous les financements possibles (crédits, locations avec option d’achat, location longue durée) grâce aux partenaires de sa maison-mère, la Société générale…

L’an dernier, le marché de l’occasi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi