La bourse ferme dans 4 h 27 min
  • CAC 40

    6 254,88
    +20,74 (+0,33 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 010,26
    +16,83 (+0,42 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1990
    +0,0014 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    1 776,70
    +9,90 (+0,56 %)
     
  • BTC-EUR

    50 587,33
    -2 152,09 (-4,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 346,88
    -34,07 (-2,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,42
    -0,04 (-0,06 %)
     
  • DAX

    15 378,43
    +123,10 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 020,98
    +37,48 (+0,54 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3790
    +0,0006 (+0,04 %)
     

Pourquoi le suédois Volvo ne veut pas d'une fusion avec le chinois Geely

·2 min de lecture

Volvo, le suédois jaloux de son indépendance, refuse la fusion avec son propriétaire chinois. Il a connu une belle année 2020, malgré la pandémie.

Comment? Une marque si suédoise, emblématique de l’art de vivre scandinave avec ses grands breaks historiques 245 (1975), 740 (1985), 850 (1993), puis V70, V90, va-t-elle fusionner avec un constructeur chinois de médiocres modèles bas de gamme? Eh bien oui! Puis non! Les deux firmes avaient annoncé en février 2020 un projet de fusionner leurs activités afin de créer un grand "groupe international" automobile. Mais le gouvernement et les syndicats suédois ont freiné des quatre fers. Tout comme le management d’une marque qui a su sauvegarder jusqu’ici une très grande autonomie. Du coup, Hakan Samuelsson, – propriété de Geely depuis 2010 – affirmait mercredi: "une fusion n’est pas toujours positive. Vous risquez de perdre votre élan car il y a trop de concentration là-dessus".

Une façon laconique de dire tout le mal qu’il pensait de ce projet… abandonné in fine. La crainte était de perdre la spécificité d’un label haut de gamme à forte identité. "Après avoir évalué différentes options (...), nous avons conclu conjointement qu'un modèle de collaboration entre deux entreprises indépendantes est le meilleur moyen de garantir une croissance continue et de réaliser en même temps des synergies technologiques dans de nombreux domaines", précisait dans un communiqué. La coopération portera sur les véhicules électriques et les technologies de conduite autonome. Une co-entreprise va également être créée dans le domaine des groupes motopropulseurs (moteurs, boîtes de vitesse, embrayages,... ), centrée notamment sur les moteurs hybrides.

Volvo, qui emploie 40.000 salariés, s’est lancé dans une course à l’électrification où il est plutôt en avance. Dès 2017, il prenait l’engagement de ne plus développer de véhicules mus exclusivement par un moteur à explosion. Il est du coup le premier constructeur à proposer une version hybride rechargeable de chacun de ses modèles. Les hybrides rechargeables représentent déjà en Europe 30% de ses ventes. "Nous souhaitons répartir notre volume g[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi