La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 713,44
    +691,40 (+2,03 %)
     
  • Nasdaq

    15 371,78
    +117,73 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    27 753,37
    -182,25 (-0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1310
    -0,0013 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    23 788,93
    +130,01 (+0,55 %)
     
  • BTC-EUR

    50 268,16
    -565,95 (-1,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 441,91
    +3,03 (+0,21 %)
     
  • S&P 500

    4 585,73
    +72,69 (+1,61 %)
     

Pourquoi les socialistes français sont les plus nuls d’Europe

·2 min de lecture

EDITO - Alors qu'un peu partout en Europe, la social-démocratie résiste, les socialistes accumulent les contreperformances en France. Les racines de l’effondrement sont profondes.

Un peu partout en Europe, la social-démocratie résiste. Elle est au pouvoir, avec des coalitions, en Suède, en Norvège, au Danemark, en Espagne, au Portugal, bientôt . Certes, les grandes formations sociales-démocrates ne recueillent plus que 20 à 30% des voix quand, il y a une trentaine d’années, elles obtenaient des scores de 35 à 45%. C’est un déclin, mais pas un effondrement. Même en Grande-Bretagne, où ils ont perdu les dernières élections, les travaillistes ont recueilli plus de 37% des suffrages. Alors qu’en France, lors de la présidentielle 2017, le candidat socialiste est arrivé en cinquième position, avec 6,4% des voix. Aux législatives, le PS n’a pas dépassé les 7%. Et pour la prochaine présidentielle, Anne Hidalgo est tout juste créditée de 5%.

Les racines de l'effondrement sont profondes

Cette contreperformance est principalement due à la conflagration engendrée par l’élection d’Emmanuel Macron. Issu des rangs de la gauche, ancien ministre de François Hollande, il a vampirisé une partie de l’électorat socialiste. Et, en dépit des procès en droitisation, régulièrement intentés par les dirigeants du PS, les électeurs de gauche ne semblent guère tentés de rentrer au bercail. Car, en réalité, les racines de l’effondrement sont profondes. Arrivés au pouvoir en 1981 grâce à une alliance avec les communistes, les socialistes français n’ont jamais réussi à se démettre d’une idéologie et d’une radicalité néomarxiste. Quand en Allemagne, le SPD votait, en 1959, le programme de Bad Godesberg, abandonnant formellement les idées d’inspiration marxistes et reconnaissant l’économie de marché, en France, il a fallu attendre 2014 pour que François Hollande fasse "son Bad Godesberg". Lors d’une conférence de presse, il a déclaré: "Suis-je un social-démocrate? Oui… Sans les entreprises, il ne peut y avoir de créations d’emplois dans la durée." Trop tard. Trop insincère compte tenu du ton de sa campagne.

Lire aussi

Et puis, la gauche française, marquée par les combats tie[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles