Marchés français ouverture 2 h 34 min
  • Dow Jones

    34 196,82
    +322,58 (+0,95 %)
     
  • Nasdaq

    14 369,71
    +97,98 (+0,69 %)
     
  • Nikkei 225

    29 105,70
    +230,47 (+0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1943
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    29 210,31
    +327,85 (+1,14 %)
     
  • BTC-EUR

    29 189,99
    +1 755,72 (+6,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    837,40
    +50,78 (+6,46 %)
     
  • S&P 500

    4 266,49
    +24,65 (+0,58 %)
     

Pourquoi les SCPI de bureaux résistent à la crise

·2 min de lecture

Depuis un an, le télétravail s’est imposé dans la vie des Français. Alors que seuls 3% des salariés y avaient recours au moins un jour par semaine avant la crise sanitaire (1), début avril 2021 ils étaient 37% à y avoir eu recours, pour une moyenne de 3,6 jours par semaine (2). Ce changement d’organisation du travail pourrait perdurer. Or voir les bureaux ainsi désertés au fil des mois peut, si vous avez investis dans une Société Civile de Placement immobilier (SCPI), soulever quelques interrogations quant à la pertinence de ce placement. Ce qu'il faut savoir avant d'investir : - L’investissement en SCPI est un investissement de long terme qui présente un risque de liquidité lors de la revente des parts et un risque de perte en capital dépendant des conditions conjoncturelles économiques et immobilières, notamment de la location des immeubles. - Les performances passées ne présagent pas des performances futures. Une collecte qui s’est maintenue Dans les SCPI spécialisées dans l’immobilier d’entreprise, les bureaux ont concentré 65% de leurs investissements en 2020, soit 5,5 milliards d’euros (3). Que vont devenir ces actifs ? La généralisation du télétravail pourrait inciter les entreprises à changer de locaux, à en chercher de plus petits ou de moindre standing pour réduire la charge des loyers. Des changements qui pourraient déstabiliser le modèle économique de ces sociétés de gestion, et par là même diminuer les revenus qu’elles vous versent. Cette inquiétude s’est traduite, un temps, sur le niveau de collecte. Notre partenaire Aestiam a connu une période de creux dès le premier confinement. D’avril à septembre 2020, la collecte a été deux à trois fois inférieure à celle de 2019. Mais octobre et décembre ont marqué un fort rebond qui ont permis de l’effacer. Même scenario en dents de scie pour notre autre partenaire Perial Asset Cliquez ici pour lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles