La bourse est fermée

Pourquoi les retraites des cheminots à la SNCF sont un casse-tête

Emmanuel Macron a évité d'inclure le sujet sensible de la réforme des pensions dans son projet de loi ferroviaire. Mais il va devoir le traiter dans le cadre de sa grande réforme des retraites, dont les négociations démarrent cette semaine. Les explications du spécialiste des finances publiques François Ecalle.

C’est un sujet explosif que le gouvernement a pour l’instant pris soin de mettre de côté. La loi sur la réforme ferroviaire, qui a mis le feu à la SNCF et provoqué une grève perlée des cheminots, n’évoque pas du tout leur régime de retraite. Mais Emmanuel Macron a réaffirmé hier soir sur BFM TV que "tous les régimes spéciaux ont vocation à converger" vers un système universel. Le Haut-Commissaire Jean-Paul Delevoye démarre cette semaine les négociations avec les syndicats salariés et patronaux, l’idée étant d’aboutir à un projet de loi à l’été 2019. Nul doute que les discussions avec les cheminots vont s’avérer tendus tant leur régime demeure encore très avantageux, comme le rappelle le spécialiste des finances publiques, François Ecalle, dans une note bientôt publiée sur son site Fipéco.

Aujourd’hui, les conducteurs, ayant 15 ans de service, et les autres agents peuvent partir à la retraite à partir de respectivement 50 et 55 ans. Depuis la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy, ces âges minimaux sont progressivement portés à 52 et 57 ans alors que, dans le régime général, l’âge légal passe de 60 à 62 ans. Par contre, la durée de cotisation permettant de toucher un taux plein est en train de co[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi