La bourse ferme dans 6 h 44 min
  • CAC 40

    6 796,62
    +75,46 (+1,12 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 121,79
    +58,73 (+1,45 %)
     
  • Dow Jones

    34 483,72
    -652,22 (-1,86 %)
     
  • EUR/USD

    1,1329
    -0,0010 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    1 781,70
    +5,20 (+0,29 %)
     
  • BTC-EUR

    50 449,68
    +184,45 (+0,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 470,43
    +27,65 (+1,92 %)
     
  • Pétrole WTI

    69,02
    +2,84 (+4,29 %)
     
  • DAX

    15 297,95
    +197,82 (+1,31 %)
     
  • FTSE 100

    7 145,48
    +86,03 (+1,22 %)
     
  • Nasdaq

    15 537,69
    -245,14 (-1,55 %)
     
  • S&P 500

    4 567,00
    -88,27 (-1,90 %)
     
  • Nikkei 225

    27 935,62
    +113,86 (+0,41 %)
     
  • HANG SENG

    23 658,92
    +183,66 (+0,78 %)
     
  • GBP/USD

    1,3321
    +0,0019 (+0,15 %)
     

Pourquoi la Renault Air4 n’est pas la 4L électrique tant attendue

·2 min de lecture

Renault avait prévenu que la fantaisie volante dévoilée ce 26 novembre n’aurait qu’un rapport lointain avec la R4 réincarnée en voiture électrique, prévue pour 2025. Ce drone farfelu doit plutôt être vu comme le bouquet final des festivités du soixantenaire de la célèbre 4L.

On connaissait la Citroën 2 CV volante, mais pas son équivalent sur base de Renault 4, sa rivale pendant près de trois décennies. En posant une silhouette modernisée de R4 sur un châssis de drone à quatre hélices, Renault et son partenaire TheArsenale reprennent le flambeau de Claude Lecerf et de Jean Pasquier. Ces deux charmants fous volants avaient moulé en polyester la carrosserie d’une 2 CV, pour la suspendre sous l’aile d’un hydravion ultra léger motorisé. Nous étions en septembre 1986, et l’antenne locale de la télévision était alors venue filmer les sauts de puce de cette machine balbutiante dans le Maine-et-Loire.

Ce soir, les chaînes d’information s’intéresseront elles aussi peut-être à cette non moins étrange AIR4, qui fait la promotion du nom relativement méconnu du "design hub" et de la plateforme de vente en ligne “TheArsenale”, dédiée “au futur de la mobilité”. Son logo voisine celui dessiné par Renault pour marquer les 60 ans de la célèbre 4L : on le retrouve sur des dizaines de produits dérivés — du porte-clé à la combinaison de mécanicien — dont le constructeur fait dorénavant un commerce fructueux.

Raviver le souvenir de la 4L dans la mémoire collective, pour préparer l'arrivée de sa réincarnation en électrique

à son effigie. Sous l’impulsion de son nouveau patron Luca de Meo (à l’origine de la renaissance de la Fiat 500 en 2007), Renault se décide à revisiter son passé pour mieux assurer son avenir.

Les visages familiers des Renault 4 et 5 — deux petites voitures adulées durant les décennies 60, 70 et 80 — vont revenir en 2024 et 2025, histoire de rassurer le client déboussolé par la conversion accélérée de Renault à la voiture électrique. La modernité sait prendre des allures rétro, pour mieux s’immiscer dans nos cœurs.

Toujours pas vue, la 4L du futur joue les Arlésiennes depuis juin 2021

Présentée sous forme de prototype en janvier 2021 et annoncée pour 2024, la Renault 5 Électrique devrait être appuyée un an plus tard par une Renault 4 à [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles