La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    42 644,26
    +1 472,82 (+3,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

Pourquoi le rachat de Bombardier est une bonne affaire pour Alstom mais aussi un pari risqué

·2 min de lecture

Le constructeur ferroviaire français Alstom a officialisé ce 29 janvier le rachat de son concurrent Bombardier Transport, ce qui en fait le numéro deux mondial du secteur derrière le géant chinois CRRC, avec une position dominante en France.

Henri Poupart-Lafarge peut sourire: le rachat, à 5,5 milliards, de Bombardier Transport officialisé ce 29 janvier tourne la page de , il y a tout juste deux ans. Car même si ce mariage franco-canadien n'est pas sans obstacles, il est plus favorable au groupe ferroviaire.

Avec 15,7 milliards d’euros de chiffre d'affaires cumulés et 71,1 milliards d’euros engrangés dans les carnets de commandes des deux entreprises, Alstom va pratiquement doubler de taille et devenir le numéro deux mondial du secteur, derrière le géant chinois CRRC. Et même numéro un en dehors de Chine.

Un rachat opportuniste et stratégique

Pour le PDG d’Alstom qui a longtemps défendu les capacités du constructeur français à faire "cavalier seul", le rachat de son concurrent canadien se révèle être une opération à la fois opportuniste et stratégique. "Il était difficile de ne pas saisir cette opportunité alors que le marché est porteur, même avec la crise du Covid, justifie Henri Poupart-Lafarge. Il est de plus en plus important aujourd’hui d’avoir une taille critique sur l’ensemble des marchés, poursuit le patron. Si Bombardier Transport et sa maison-mère n’avaient pas été en difficulté, l’opération n’aurait pas pu se faire." Le rachat de Bombardier fait monter un nouvel actionnaire au sein du capital: la Caisse de dépôt et placement du Québec, devient le premier investisseur d’Alstom, avec 17,5% du capital. Bouygues ne détenant plus que 6%.

Sur le papier, les forces du nouveau groupe résident surtout dans la complémentarité géographique des deux marques. "Alstom possède déjà une clientèle bien établie en France, Italie, Espagne, Inde, Asie du Sud-Est, Afrique du Nord et Brésil, détaille Alstom dans son communiqué. Bombardier Transport apportera une proximité avec une clientèle dans des marchés stratégiques tels que le Royaume-Uni, l’Allemagne, les pays Nordiques, la Chine et l’Amérique du Nord. Le groupe aura désormais en particulier de très fortes capacités en Europe et Amérique du nord, qui repr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi