La bourse ferme dans 3 h 9 min
  • CAC 40

    7 178,05
    +89,71 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 214,58
    +46,37 (+1,11 %)
     
  • Dow Jones

    32 394,25
    -37,83 (-0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0846
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • Gold future

    1 968,70
    -4,80 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    26 112,32
    +1 185,60 (+4,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    618,20
    +375,52 (+154,74 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,02
    +0,82 (+1,12 %)
     
  • DAX

    15 283,30
    +141,28 (+0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 549,25
    +65,00 (+0,87 %)
     
  • Nasdaq

    11 716,08
    -52,76 (-0,45 %)
     
  • S&P 500

    3 971,27
    -6,26 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    27 883,78
    +365,53 (+1,33 %)
     
  • HANG SENG

    20 192,40
    +407,75 (+2,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,2324
    -0,0013 (-0,11 %)
     

Pourquoi la réforme du bac met en danger les prépas commerciales

Olivier Coret/SIPA

Le nombre de candidats aux concours d’entrée des écoles de commerce post-prépa a fondu. La concurrence des bachelors, des admissions parallèles, mais aussi la montée en puissance de l’apprentissage, mettent cette filière en danger.

C’est une tuile qui vient de tomber sur les écoles de commerce post-prépa, celles considérées comme les meilleures car recrutant des étudiants après deux, voire trois années de classe préparatoire intenses. Selon les chiffres de la Banque Commune d’Epreuves (BCE), le nombre de candidats qui passeront les concours au printemps pour tenter d’intégrer HEC, l’Essec, l'Emlyon ou encore Neoma est en baisse de plus de 12%.

Ce trou d’air était prévisible puisque depuis deux ans le nombre d'élèves en classes préparatoires de la voie économique et commerciale générale (ECG) régresse. En effet, la réforme du lycée a conduit à une désaffection des mathématiques en classes de première et terminale, et le vivier des écoles de commerce s’est donc tari. Un projet était d’ailleurs à l’étude pour redynamiser cette filière d’excellence, mais, mercredi 8 mars, le ministère de l’enseignement supérieur l’a annulé car les professeurs s’y opposaient et menaçaient de faire grève. Il était notamment question de réduire les 9 heures de cours de mathématiques par semaine.

Une offre foisonnante de formations post-bac qui fait de l'ombre aux prépas

Outre le déclin de cette discipline, d'autres raisons expliquent cette désaffection des bacheliers à l'égard des prépas. D’une part, l’offre de formations post-bac a explosé ces dernières années, notamment celle des grandes écoles de commerce comme l’ESCP, l’Essec, et l’Edhec, avec des bachelors très attrayants en trois ou quatre ans. D’autre part, ces établissements ont ouvert en grand les vannes des admissions d’élèves sur titre, par exemple après un BTS, une licence à l’université, ou un bachelor à l’étranger. Enfin, la mise en place du contrôle continu au baccalauréat peut décourager même les meilleurs lycéens à bachoter deux ans de plus pour intégrer une école de milieu de tableau.

Lire aussiGrandes écoles de commerce : les prépas à l'épreuve des post-bacs

Globalement, seule une petite dizaine de business schools limitent la casse avec une baiss[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi