La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    28 189,27
    +10,15 (+0,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Pourquoi tous les projets de voitures à bas prix ont échoué, sauf Dacia

Fiat, Volkswagen, GM ont planché sur des voitures internationales à bas coûts. Vainement. Nissan a misé sur sa marque à petits prix Datsun. Mais il vient de l'arrêter. Et même Renault, s'il a réussi avec Dacia, éprouve beaucoup plus de mal à écouler ses Kwid en Inde et en Amérique du sud. Les voitures pas chères? Une vraie quadrature du cercle.

Réaliser des voitures à bas coûts? Pas si simple. Tous ou presque ont échoué… sauf Renault. "Pour bâtir un tel projet, il faut une équipe dédiée, sur le mode start-up, totalement indépendante du reste de l’ingénierie", martèle un ancien de Renault ayant participé au lancement de la Dacia Logan en 2004. "Prendre une voiture existante en essayant de la simplifier et de lui enlever du contenu est voué à l’échec", ajoute-t-il! En plus, il faut la vendre différemment pour réduire sacrément les coûts de distribution. Bref, la quadrature du cercle, qui explique la longue liste des fiascos italien, américain, allemand, japonais.

Fiat, GM, Volkswagen à l'assaut

Dès les années 1990, Fiat avait planché sur une voiture mondiale ("Worldcar") moins chère, autour de ce qui allait A un million d’exemplaires escomptés annuellement. Las, la voiture n’a réellement séduit qu’au Brésil et les volumes ne se sont montés qu’à moins de la moitié, et encore la meilleure année! On était donc très loin du concept d'une gamme universelle. A la fin des années 2000, GM annonçait à son tour un modèle compact pour 4.000 dollars en Asie. A l’époque, le géant américain était fasciné par la nouvelle… Tata Nano indienne, vendue 1.500 euros dans sa version de base. Tata espérait il est vrai écouler 250.000 à 500.000 exemplaires par an de sa micro-voiture, avec même un projet de commercialisation en Europe. Las. La Tata Nano s’est révélée l’un des fiascos les plus retentissants dans l’histoire récente de l’automobile mondiale. Cette voiturette minimaliste, qui faisait voiture du pauvre, n’a jamais séduit la classe moyenne indienne soucieuse de reconnaissance sociale… General Motors a du coup vite enterré son propre projet.

Puis, ce fut au tour de . Pour cela, le constructeur allemand avait décidé de prendre en 2009 une participation dans Suzuki (19,9%), le spécialiste japonais de la mini-voiture. Les deux groupes se sont toutefois vite brouillés, le japonais, jaloux de son indépendance, reprochant à Vo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles