Marchés français ouverture 4 h 36 min
  • Dow Jones

    26 659,11
    +139,16 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    11 185,59
    +180,72 (+1,64 %)
     
  • Nikkei 225

    23 146,37
    -185,57 (-0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1695
    +0,0016 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    24 549,58
    -37,02 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    11 530,57
    -18,62 (-0,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    264,25
    +21,57 (+8,89 %)
     
  • S&P 500

    3 310,11
    +39,08 (+1,19 %)
     

Pourquoi les prix en supermarchés pourraient baisser suite aux négociations entre distributeurs et industriels

·2 min de lecture

Le retour de la guerre des prix lors des négociations entre industriels et distributeurs va-t-elle avoir de nouveau lieu ? D'un côté, nous avons des consommateurs d'autant plus attentifs aux prix que le contexte économique est incertain. De l'autre, des surcoûts liés à l'épidémie de coronavirus et des marges qui se réduisent. Les négociations commerciales 2021 s'annoncent tendues d'ici au 1er mars, sous l'œil attentif des pouvoirs publics. Mais alors, pourquoi craindre une nouvelle guerre des prix ? Plus d'un tiers des Français ont déclaré avoir perdu des revenus en raison de la crise sanitaire, selon l'Observatoire société et consommation (ObSoCo). Et "la grande distribution a bien intégré cette problématique", estime la directrice de l'Observatoire, Véronique Varlin.

Les enseignes, comme Leclerc, Carrefour, Intermarché ou encore Système U, se posent plus sensiblement depuis la crise en défenseurs du pouvoir d'achat. Objectif : convaincre les consommateurs qu'ils trouveront les meilleurs prix dans tel ou tel supermarché... qui prendra ainsi des parts de marchés à la concurrence. D'autres dynamiques sont aussi à l'œuvre, explique le patron de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) Jacques Creyssel. D'abord, "la marge de la distribution s'est réduite de manière très importante depuis plusieurs années alors qu'il y a dans le même temps la nécessité de continuer à investir face à la concurrence des acteurs transnationaux". Ensuite, il y a les surcoûts causés par l'épidémie de coronavirus. Marges rognées, coûts croissants, concurrence sur l'offre de prix bas : tous les ingrédients semblent réunis pour un retour de la trop fameuse guerre des prix.

Quelles en seraient les conséquences ? Désignant à l'origine la concurrence entre les distributeurs, l'expression s'est étendue à l'ensemble des parties prenantes des négociations commerciales : en offrant des prix bas à leurs clients, les acteurs de la grande distribution rognent leur marge et sont donc tentés de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

'Les produits bio ne sont pas forcément naturels ou écologiques' : un cadre dénonce les impostures du secteur
Les 1 % les plus riches polluent 66 fois plus que les 10 % les plus pauvres par leurs placements financiers
Carlos Ghosn participe à un documentaire et une série sur sa vie
Des employés de ménage racontent les pires aspects de leur métier, de la fatigue au harcèlement
'La France des solutions' : Business Insider France met en lumière ceux qui trouvent des solutions aux problèmes d'aujourd'hui