La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 920,60
    -137,92 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    14 707,05
    +46,48 (+0,32 %)
     
  • Nikkei 225

    27 581,66
    -388,56 (-1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,1818
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    25 473,88
    +387,45 (+1,54 %)
     
  • BTC-EUR

    33 468,16
    +1 189,40 (+3,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    926,49
    -3,44 (-0,37 %)
     
  • S&P 500

    4 392,55
    -8,91 (-0,20 %)
     

Pourquoi les prix du gaz et de l'électricité vont continuer à augmenter

·2 min de lecture

C'est une hausse inédite qui va faire mal aux portefeuilles des consommateurs: le tarif du gaz augmente aujourd’hui de près de 10%. Le 1er août, ce sera au tour du prix de l’électricité de progresser. Cela ne devrait pas s'arrêter là.

En 2018 le tarif réglementé du gaz avait connu une flambée de 9,2%. Aujourd’hui, 1er juillet, les prix augmentent de 9,9%. "Il s’agit de la plus forte hausse jamais enregistrée", indique à Challenges Dominique Jamme, directeur général de la CRE (Commission de régulation de l’énergie). Et ce n’est qu’un début. Les consommateurs n’en ont pas fini avec les augmentations de leurs factures énergétiques. Le 1er août, ce sont les prix de l’électricité qui vont bondir. La forte hausse du prix du gaz est due en grande partie (7,8%) à la reprise économique qui dope la demande. "En un an, les prix de gros du gaz ont triplé passant de 6 à 8 euros le mégawattheure à plus de 25 euros", note Dominique Jamme. Ce triplement, alors que les prix du pétrole ont "seulement" doublé, s’explique par la plus grande difficulté à stocker les molécules de gaz.

Lire aussi

La hausse est due aussi au bas niveau des stocks de gaz et au nombre important d’opérations de maintenance sur certaines plateformes gazières de la mer du Nord. Dans le même temps, les prix du carbone, ces "droits à polluer" qui s’échangent sur le marché européen ont beaucoup progressé sur le gaz pour des raisons écologiques. Désireux de s'affranchir du charbon, des pays comme l’Allemagne, la Pologne, la République tchèque consomment aujourd'hui davantage de gaz. Enfin, l’hiver et le printemps ont été relativement froids cette année. Résultat, au cours des cinq premiers mois de l’année, la consommation de gaz en France a cru de plus de 15%. La hausse de juillet est spectaculaire et crée une volatilité importante pour les consommateurs. Il faut cependant la relativiser car pendant la crise, les prix du gaz avaient beaucoup baissé. Depuis janvier 2019, la progression n’est que 1,1%, précise la Commission de régulation de l’énergie.

Electricité: près de 50% de hausse en dix ans

Le 1er août, ce sera au tour des prix de l’électricité de progresser. Mais la hausse qui concerne la partie transport et distribution des électrons sera [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles