La bourse est fermée

Pourquoi les prix des billets de train devraient encore augmenter en 2023

Julien Sarboraria

Les prix des billets TER, TGV et Intercités devraient augmenter d’ici quelques mois. Cette hausse est due à l’augmentation du coût des péages ferroviaires, payés par les transporteurs pour circuler sur les rails.

Les billets de train SNCF pourraient connaître une nouvelle augmentation d’ici quelques mois. La raison ? La majoration du prix des péages ferroviaires, payée par les transporteurs pour circuler sur les rails, va grimper en 2024. Décidée par SNCF Réseau et validée fin février par l’Autorité de régulation des transports (ART), elle pourrait impacter le prix des billets, selon une information du Parisien. La redevance va ainsi augmenter de 8% pour les TER et 7,6% pour les TGV et Intercités. Puis de 4% en 2025 et 2026. "Il y aura forcément des conséquences, puisque les péages pèsent 40% du prix d’un billet", explique un administrateur de SNCF Voyageurs dans les colonnes du journal.

Pour payer ces péages et les coûts du service, deux solutions sont envisagées par les régions, chargées des TER, et la SNCF. Soit une augmentation du prix des billets, soit une réduction du nombre d’allers-retours sur certaines lignes pour privilégier les plus rentables. Mais avec des trains régulièrement remplis, la SNCF espère pouvoir dégager suffisamment d’argent pour supporter cette hausse du prix des péages.

Les billets SNCF avaient déjà vu leurs prix augmenter en janvier dernier. La société de transport avait dû faire face au surcoût énergétique. Le prix des billets avait alors grimpé de 5% en moyenne. Cette fois-ci, c’est SNCF Réseau qui a le plus besoin de moyens supplémentaires. Pour réaliser la maintenance des voies au quotidien d’une part. Les péages constituent le principal moyen de financement (...)

Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - 5 choses à savoir sur la SNCF

Vivendi : le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky candidat au rachat de 100% d'Editis
Google accusé d’avoir créé des emplois fictifs pour empêcher certains talents d’aller chez ses concurrents
Bénéfice, dividendes : les chiffres hallucinants du géant pétrolier saoudien Aramco
Ce dirigeant de la Silicon Valley Bank était déjà aux manettes de Lehman Brothers avant sa faillite
BNP Paribas, Société générale... SVB plombe nos banques en Bourse, le CAC 40 plonge à 7.000 points