Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 561,65
    -85,45 (-0,22 %)
     
  • EUR/USD

    1,0703
    -0,0039 (-0,36 %)
     
  • Gold future

    2 350,50
    +32,50 (+1,40 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 191,41
    -1 318,36 (-2,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 376,93
    -40,95 (-2,89 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 672,03
    +4,47 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 426,29
    -7,45 (-0,14 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2683
    -0,0078 (-0,61 %)
     

Pourquoi le principal suspect du meurtre de Justine Vayrac pourrait être libéré ?

©VALENTINE CHAPUIS/AFP

L’avocat de Lucas L., le meurtrier présumé de Justine Vayrac, a déposé une requête en nullité auprès de la Cour de cassation. Celui-ci estime que les droits de la défense n’ont pas été respectés. Conséquence : le principal suspect pourrait être libéré.

C’est une audience qui pourrait être décisive dans l’affaire Justine Vayrac. La Cour de cassation doit se prononcer mardi 7 novembre sur une requête en nullité déposée par Me Michel Labrousse, avocat de Lucas L., meurtrier présumé de Justine Vayrac. La jeune mère de 20 ans avait été retrouvée enterrée dans une forêt près du village de Beynat, en Corrèze, après avoir disparu dans la nuit du 22 au 23 octobre 2022 à la sortie d’une boîte de nuit de la région.

L’avocat de Lucas L. pointe en effet plusieurs irrégularités dans la procédure, rapporte « Le Parisien ». Selon Me Michel Labrousse, les droits de la défense n’auraient pas toujours été respectés. Celui-ci n’aurait par exemple pas été présent lorsque Lucas L. a désigné aux enquêteurs l’endroit où il avait enfoui le corps de la victime. « Cela peut entraîner la nullité, pour tout ou partie, des actes subséquents », explique l’avocat. C’est-à-dire les aveux de Lucas L., les résultats d’autopsie ou la localisation du corps. Soit des éléments majeurs du dossier. Si la Cour de cassation venait à suivre le raisonnement de l’avocat de Lucas L., « le dossier en serait grandement fragilisé et pourrait même conduire à une libération », souligne « Le Parisien ».

Une première requête en nullité déboutée

Cette audience fait suite à une première requête en nullité déposée, en vain, en juin 2023 par Me Michel Labrousse auprès de la cour d’appel de...

PUBLICITÉ

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi