La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    40 419,06
    -10,27 (-0,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Pourquoi les plateformes VTC renoncent à la voiture autonome

·2 min de lecture

En dix ans d'activité, jamais Uber et Lyft n'ont été rentables. Voilà pourquoi ces plateformes de VTC rêvent de remplacer leurs chauffeurs salariés par des robots, moins chers à la longue. Las ! Le défi technologique s'avère plus ardu que prévu et les investisseurs s’impatientent.

Une suite malencontreuse d’accidents spectaculaires explique la résurgence aux États-Unis et en Chine de la polémique autour des aptitudes réelles du système de conduite semi autonome Tesla Autopilot. La politique du constructeur américain qui consiste à jeter sur les routes des voitures partiellement autonomes, en les laissant apprendre de leurs erreurs pour améliorer collectivement leur acuité est jugée désinvolte par les constructeurs rivaux. Ils préfèrent tester longuement avant la commercialisation des aides à la conduite, quitte à se laisser distancer par le pionnier Tesla. Surtout, les constructeurs allemands et japonais prennent garde à ne jamais suggérer que les systèmes de conduite semi autonome dispensent le conducteur de son obligation de vigilance.

Ce n’est pas le décès atroce de deux hommes, dans l’accident d’une Tesla au Texas, le 17 avril dernier, qui motive la décision de Lyft de se séparer de son activité de développement de la voiture sans chauffeur. Pas même le vent de contestation soulevé en Chine par le coup d’éclat au Salon de l'auto de Shanghai d'une cliente échaudée par la prétendue défaillance du système de freinage automatique de sa Tesla. De manière plus prosaïque, c’est le besoin de liquidités qui décide Lyft, grand rival de Uber aux États-Unis, à céder à une filiale de Toyota Motor Corporation sa division Level 5 consacrée aux VTC autonomes.

Le VTC sans chauffeur grève trop les finances de Uber et Lyft

Aux mêmes causes, même résultat. En décembre dernier, la plateforme de VTC Uber se résignait à vendre sa propre division ATG au rival Aurora, qui persiste dans l’aventure de la mise-au-point difficile du robot taxi. Lors d'un dernier tour de table en avril 2019, ATG était valorisée à 7,25 milliards de dollars mais, à en croire Bloomberg, cette division perdrait quelque 500 millions de dollars par an. Une hémorragie que le PDG Dara Khosrowshahi a cru nécessaire d’arrêter, s’il veut tenir son objectif de porter à l’équilibre les comptes d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Pourquoi la voiture autonome est en retardCES : la fin du rêve immédiat de la voiture autonomePour tester la voiture autonome, il faut un permis de... conduirePourquoi la limitation à 60 km/h est une chance pour la voiture autonomeDes Volvo autonomes autorisées à circuler en Suède