Marchés français ouverture 48 min

Pourquoi Pasquier, roi de la brioche, refuse qu'on utilise le mot "pitch"

1 / 2

Pourquoi Pasquier, roi de la brioche, refuse qu'on utilise le mot "pitch"

VIDÉO - Depuis quelques semaines, la marque de pâtisserie industrielle attaque des start-up qui utilisent le terme "pitch" dans leur communication. Pasquier craint la dégénérescence de marque. Explications.

Après le bikini, l'interphone, le coton-tige, la déchetterie, la rustine ou encore la carte bleue et le tarmac, le "pitch" peut-il perdre son statut de marque? Vous l'ignorez peut-être mais tous ces produits étaient à l'origine des marques commerciales qui ont fini par dégénérer, comme disent les juristes. Ils sont devenus des noms communs, perdant le statut de marque, au regard du droit de la propriété intellectuelle.

C'est bien ce que veut éviter le groupe de pâtisserie industrielle Pasquier qui depuis quelques semaines assignent de nombreuses sociétés qui utilisent le mot "pitch". Le groupe familial Pasquier exploite en effet depuis 1986 la marque Pitch avec laquelle elle commercialise des brioches fourrées. Or depuis quelques années, l'anglicisme "pitch" est utilisé par des nombreuses entreprises (principalement des start-up) pour désigner un résumé ou une présentation. 

Ce qui fait craindre à Pasquier une banalisation du terme. Depuis le début de l'année, pas moins de six start-up, selon Le Figaro, ont reçu des assignations de la part d'un cabinet spécialisé dans la propriété intellectuelle pour qu'elles renoncent à utiliser le nom de la marque. Des sociétés qui ont dû dépenser des milliers d'euros en frais d'avocat pour se défendre. Une autre a refusé une proposition de rachat de 1000 euros de sa marque pitch.

La précédente guerre du Sopalin®

Car ces start-up tiennent...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi