La bourse ferme dans 1 h 12 min
  • CAC 40

    6 687,42
    -18,19 (-0,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 159,25
    -12,92 (-0,31 %)
     
  • Dow Jones

    35 514,48
    -94,86 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,1652
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • Gold future

    1 780,50
    -4,40 (-0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    55 473,88
    -1 460,31 (-2,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 530,54
    -4,10 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,64
    -0,78 (-0,94 %)
     
  • DAX

    15 497,52
    -25,40 (-0,16 %)
     
  • FTSE 100

    7 192,40
    -30,70 (-0,43 %)
     
  • Nasdaq

    15 172,38
    +50,70 (+0,34 %)
     
  • S&P 500

    4 535,68
    -0,51 (-0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    28 708,58
    -546,97 (-1,87 %)
     
  • HANG SENG

    26 017,53
    -118,49 (-0,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3816
    -0,0010 (-0,07 %)
     

Pourquoi la panne historique du groupe Facebook tombe au pire moment pour l’entreprise

·1 min de lecture

Près de sept heures. C'est la durée record de la panne qui a touché lundi les applications du groupe de Mark Zuckerberg : Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger. Les quatre applications sont restées inutilisables en fin d'après-midi et une large partie de la soirée. La faute à un changement de configuration dans les serveurs, d'après les informations communiquées par Facebook. Ses équipes ont dû tenir au courant ses utilisateurs via son concurrent Twitter. Une panne chez Facebook, ce n'est pas rare. Mais celle-ci est la plus importante jamais observée.

>> Retrouvez les journaux des médias tous les matins à 9h10 sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Même les systèmes internes de Facebook étaient touchés, ce qui rendait encore plus difficile la réparation de la panne : les salariés ne pouvaient plus utiliser leur badge pour accéder à certaines salles de l'entreprise. Et cette panne tombe à un très mauvais moment pour Facebook, dans la tourmente depuis les révélations d'une lanceuse d'alerte, Frances Haugen.

Facebook auditionné par le Congrès américain

Cette ancienne employée de Facebook a fait fuiter au Wall Street Journal des documents internes à l'entreprise. On y apprenait l'existence d'études internes sur le mal-être des adolescents utilisateurs d’Instagram. Un mal-être que la maison-mère Facebook refuse de prendre en compte. Ce qui a poussé le Congrès américain à ouvrir une enquête et à auditionner des responsables du groupe. 

Frances Haugen a témoigné...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles