La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    29 681,21
    -1 279,84 (-4,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Pourquoi la pénurie de semi-conducteurs menace l'industrie mondiale et notre vie quotidienne

·1 min de lecture

Jamais ils ne l’admettront, mais Sony et Microsoft sont passés maîtres dans l’art de gérer la pénurie. A chaque sortie d’une nouvelle génération de leur console de jeu, ils écoulent les machines en quantité limitée histoire de tenir les aficionados en haleine. Une démarche marketing un brin perverse, mais qui jusqu’à présent leur a toujours réussi. L’an dernier pourtant, la disette qui a suivi le lancement de la PlayStation 5 et de la Xbox Series n’a pas été de leur fait.

Si ces consoles "next gen" sont vite devenues des raretés dans les rayons des distributeurs, c’est parce qu’il manquait des puces électroniques pour les fabriquer ! Le fournisseur attitré des deux entreprises, l’américain AMD, a en effet mal anticipé les besoins, et la production des machines en a été perturbée. Depuis, au grand dam des fans, c’est toujours la dèche. "La situation devrait s’améliorer d’ici la seconde moitié de l’année, mais nous n’avons pas de baguette magique !", avouait en février dernier Jim Ryan, le patron de la division jeux vidéo de Sony…

Même avec les pouvoirs de Merlin l’Enchanteur, pas sûr qu’il puisse changer la donne. Car des puces, tout le monde en cherche ! Dans l’électronique grand public donc, mais aussi dans les télécoms ou l’automobile, tous gros consommateurs de "chips", elles sont devenues des denrées dont la rareté a fini par gêner l’activité. Paradoxalement, la crise sanitaire n’est pas pour rien dans cette situation inédite. La généralisation du télétravail a par exemple (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Jean Paul Gaultier renoue avec le prêt-à-porter, collabore avec de jeunes stylistes
Pétrole, cuivre, palladium… les cours des matières premières risquent de rechuter, selon un rapport
Pour son introduction en Bourse, Aramis Auto mise sur une levée de fonds record
La Grèce autorise Dior (LVMH) à faire des séances photos sur l’Acropole
De l'information à la sécurité, il n'y a qu'une voix