Marchés français ouverture 7 h 6 min
  • Dow Jones

    33 919,84
    -50,63 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    14 746,40
    +32,49 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    29 839,71
    -660,34 (-2,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1726
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    34 542,04
    -2 388,42 (-6,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 016,33
    -47,52 (-4,47 %)
     
  • S&P 500

    4 354,19
    -3,54 (-0,08 %)
     

Pourquoi je n'aime pas mon banquier

·1 min de lecture
Un couple en colère se dispute avec son banquier
Un couple en colère se dispute avec son banquier

C’est devenu une habitude. A l’amorce de chaque grande manifestation, dans tous les centre-villes de France, les agences bancaires ferment leurs portes et se barricadent derrière des panneaux de bois. Elles font partie, il faut dire, des cibles récurrentes des manifestants les plus violents.

Cette animosité ne se manifeste pas seulement à l’occasion des mouvements sociaux. Au quotidien, les chargés de clientèle particuliers, ces « conseillers » en première ligne face aux clients, sont les victimes d’incivilités : plus de 5 200 en 2019, dont près de 2 300 pour les seuls chargés de clientèle, selon les chiffres de l’Association française des banques (AFB), qui ne couvrent que les enseignes commerciales (BNP Paribas, Société Générale, LCL, etc.) sans les mutualistes (Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Caisse d'Epargne, etc.). Dans 13 cas, ces agressions ont été si violentes qu’elles ont entraîné un arrêt de travail pour leurs victimes.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Crédit Agricole, Crédit Mutuel... Pourquoi ma banque gagne à nouveau autant d'argent
- La vérité sur les commissions que touchent mon banquier
- Mon banquier, un commerçant pas comme les autres

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles