Marchés français ouverture 5 h 17 min
  • Dow Jones

    34 483,72
    -652,22 (-1,86 %)
     
  • Nasdaq

    15 537,69
    -245,14 (-1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 081,26
    +259,50 (+0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,1325
    -0,0014 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    23 805,67
    +330,41 (+1,41 %)
     
  • BTC-EUR

    50 393,13
    -694,02 (-1,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 465,48
    +22,71 (+1,57 %)
     
  • S&P 500

    4 567,00
    -88,27 (-1,90 %)
     

Pourquoi Mercedes est accusé à son tour de tricherie sur le Diesel

·2 min de lecture

L’association écologiste Deutsche Umwelthilfe relance la polémique autour des émissions réelles du moteur Diesel, en apportant la preuve d'une tromperie de la part de Daimler. De nombreux autres constructeurs sont mis en cause.

Un an après la révélation de sa tromperie en septembre 2015, le Groupe Volkswagen avait la satisfaction de battre son record de ventes en Europe. Preuve que le consommateur ne tenait pas rigueur au constructeur allemand de lui avoir vendu des motorisations Diesel programmées pour ne faire correctement fonctionner leur système de dépollution, que durant les tests aléatoires — et jamais en conditions normales d’utilisation.

Depuis lors, de nombreux autres constructeurs d’automobiles ont été pointés du doigt pour la manière désinvolte avec laquelle ils interprètent la réglementation. Quand les militants écologistes et les défenseurs des droits des consommateurs constatent des dépassements du taux d’émission d’oxydes d’azote en conditions réelles de circulation, les motoristes leur rétorquent que le droit communautaire les autorise à diminuer le taux de gaz d’échappement traités par les systèmes de recirculation (vanne EGR) et de catalyse sélective (SCR), dès lors que sont en jeu la longévité et la régularité de fonctionnement du moteur.

Brider l’efficacité des systèmes de dépollution serait indispensable à la longévité du moteur

Autrement dit, dès lors que les motoristes jugent la température ou l’hygrométrie de l’air trop faibles ou, au contraire, trop élevées, ils sont autorisés à ramener le curseur, pour ne plus traiter qu’une fraction des gaz issus de la combustion du gazole. C’est ce qu’on appelle la “fenêtre technique”, dans le cadre de l’exemption prévue par le législateur dans le règlement communautaire 715/2007. Ce texte interdit "l'utilisation de dispositifs d'invalidation, qui réduisent l'efficacité des systèmes de contrôle des émissions", mais prévoit que "cette interdiction ne s'applique pas lorsque le besoin du dispositif se justifie en termes de protection du moteur".

Cette rengaine-là, les chercheurs de la Deutsche Umwelthilfe (DUH) la connaissent par cœur. “Chaque fois que nous mettons en évidence un dépassement du taux admissible d’oxydes d’azote, [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles