La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 431,33
    +133,30 (+0,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Pourquoi le marché de la voiture d’occasion est à son plus bas depuis 2009

Parce qu’ils n’ont pas pu reconstituer leur stock de véhicules récents, les professionnels de l’occasion ont vendu 13% de voitures de moins en 2022 qu’en 2021, année record. La hausse des prix devrait tout de même ralentir dans les premiers mois de 2023.

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas. En 2021, la seule métropole avait enregistré pas moins de 6,1 millions de transactions sur le marché de l'occasion, contre 5,3 millions en 2022, “sa pire performance depuis 2009”, observent NGC-Data et L’Argus. C’est finalement moins que les “5,4 millions” qu’avait pronostiqué en avril 2022 Olivier Flavier, directeur de l’activité automobile du site de petites annonces Leboncoin.

Les raisons du record de 2021 ne font pas mystère: un afflux d’automobilistes en quête de mobilité individuelle (pour échapper aux risques sanitaires dans les transports en commun) se sont heurtés à une pénurie de véhicules neufs (manque de semi-conducteurs, après les fermetures d’usines en 2020). D’où un allongement des délais de livraison et un report massif des clients vers les occasions récentes.

Le marché de l’auto d’occasion reste perturbé par la pénurie d’offres, qui soutient les prix

Hélas ! Le marché de l’occasion ne pouvait croître éternellement. Car les voitures non produites fin 2020 et début 2021 ne sont pas venues regarnir les stocks d’occasions récentes. Dès la fin de l’année 2021, la plateforme de petites annonces AutoScout24 constatait que “l’augmentation des prix combinée à une offre peu abondante avait déjà conduit un certain ralentissement du marché”. Il s’est accentué avec la guerre en Ukraine et la crise énergétique, “qui ont fait chuter le nombre d’immatriculations d’occasions de 14,1% par rapport à 2021 et de 11,2% par rapport à 2019”, rapporte AutoScout24.

Les immatriculations de voitures d\'occasion en France entre 2012 et 2022. Source : NGC Data, décembre 2022. Crédit : Image © L\'Argus
Les immatriculations de voitures d\'occasion en France entre 2012 et 2022. Source : NGC Data, décembre 2022. Crédit : Image © L\'Argus

“Le ralentissement de la demande d’occasion et la mise sur le marché d’un peu plus de voitures neuves n’ont pas suffi à rééquilibrer le marché de l’occasion en 2022. Les prix ont continué à augmenter et les consommateurs se sont tournés vers des véhicules de plus en plus âgés”, observe Vincent Hancart, Directeur Général d’AutoScout24 France.

Faute de voitures neuves à livrer, les constructeurs privilégient les ventes les plus rentables

La tendance pourrait dur[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi