La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,88 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0545
    +0,0017 (+0,16 %)
     
  • Gold future

    1 811,40
    +1,80 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    16 239,82
    +27,46 (+0,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    +0,36 (+0,45 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,90 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,20 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,05 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0014 (+0,11 %)
     

Pourquoi le mal qui ronge Les Républicains est profond et peut-être... incurable

AFP - Clement MAHOUDEAU

Les divisions s'affichent en plein jour. Et cette zizanie n'est pas seulement due à l'élection, début décembre, du nouveau patron du parti. Le parti dit gaulliste vit une véritable crise d'identité.

Mais quelle pagaille! Les Républicains ne cherchent même pas à faire semblant.

Les divisions s'affichent en plein jour. Et cette zizanie n'est pas seulement due à l'élection, début décembre, du nouveau patron du parti. Certes, la compétition entre Eric Ciotti, Aurélien Pradié et Bruno Retailleau radicalise les positions. Mais le mal est plus profond. Le parti dit gaulliste vit une véritable crise d'identité.

Pris entre deux feux. D'un côté, Emmanuel Macron vampirise ses fondamentaux (retraite, sécurité, nucléaire, assistanat…) et, de l'autre, les extrêmes droites récupèrent son électorat populaire sur fond de rejet de l'immigration. A quel bout de la corde s'accrocher?

Au-delà des dirigeants et de leurs stratégies marketing, il y a, dans les rangs de LR, des vraies interrogations.

Sincères. Certains sont tentés de s'allier avec la Macronie, comme le député de l'Indre Nicolas Forissier, qui estime que LR - qui a déjà voté trois textes sur le pouvoir d'achat - devrait faire un pas de plus et constituer un pacte de gouvernement sur quelques sujets fondamentaux. "Pourquoi n'y aurait-il pas une quatrième famille au sein de la majorité?" Mais le créneau (centre droit) est pris par Edouard Philippe qui fait à longueur de temps la leçon sur les déficits, les réformes…

Et puis, les LR n'ont tiré aucun bénéfice du soutien apporté lors de l'adoption de la loi sur la préservation du pouvoir d'achat. Alors, ils sont un certain nombre à prôner une opposition plus radicale, à l'instar du maire de Chalon-sur-Saône Gilles Platret: "Il ne faut pas donner d'air à ce gouvernement et je souhaite qu'il soit renversé."

L'attitude des élus LR à l'égard de Nicolas Sarkozy est symptomatique.

Il y a ceux qui estiment que c'est un traître de ne pas avoir soutenu Valérie Pécresse, et ceux qui se demandent s'il n'a pas eu raison avant les autres de vouloir rallier Emmanuel Macron.

On est loin du temps où l'on disait "Les gaullistes chassent en meute".

Les dirigeants du parti tentent de bricoler [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi