La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 810,27
    -167,81 (-0,49 %)
     
  • Nasdaq

    11 441,31
    -180,40 (-1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0847
    -0,0027 (-0,25 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • BTC-EUR

    21 202,66
    -835,46 (-3,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    522,03
    -15,84 (-2,94 %)
     
  • S&P 500

    4 030,34
    -40,22 (-0,99 %)
     

Pourquoi Météo-France revoit sa carte de vigilance

La vigilance Météo-France offre désormais plus de visibilité et une échelle infradépartementale pour certains phénomènes (photo d'illustration).  - Credit:ROMAIN LONGIERAS / Hans Lucas via AFP
La vigilance Météo-France offre désormais plus de visibilité et une échelle infradépartementale pour certains phénomènes (photo d'illustration). - Credit:ROMAIN LONGIERAS / Hans Lucas via AFP

Des avertissements plus clairs, plus précis et plus anticipés. Météo-France a dévoilé ce lundi 28 novembre une nouvelle version de sa carte de vigilance. Créé en 2001 après les violentes tempêtes de 1999 pour prévenir la population et les autorités de phénomènes météorologiques dangereux dans les 24 prochaines heures, l'outil évolue pour couvrir la journée en cours et celle du lendemain.

« On prévoit bien mieux aujourd'hui qu'il y a 20 ans, quand on a décidé que la carte aurait une validité de 24 heures », explique Véronique Ducrocq, directrice des opérations pour la prévision. Une vision à plus long terme qui permet désormais au public de prendre des mesures anticipées, comme reporter ses activités ou protéger des objets fragiles, et aux autorités d'avoir plus de temps pour organiser les secours et prendre des mesures.

À LIRE AUSSI« Les orages ne sont pas pris en compte par les modèles climatiques »

Non-détection et fausses alarmes

La vigilance Météo-France classait à l'origine les départements selon quatre niveaux de couleur – vert, jaune, orange et rouge – sur cinq phénomènes météorologiques : orage, pluie-inondation, vent violent, avalanche, neige-verglas. Elle avait déjà évolué en 2004 pour prendre en compte les canicules et épisodes de grand froid, puis en 2011 avec les crues et vagues-submersion.

Ces dernières années, l'institut de prévision météorologique a pourtant manqué certains événements violents, comme les orages aussi ravageurs qu'imprévus qui on [...] Lire la suite