La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 495,83
    -61,57 (-0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 730,32
    -47,06 (-1,25 %)
     
  • Dow Jones

    33 706,74
    -292,30 (-0,86 %)
     
  • EUR/USD

    1,0044
    -0,0048 (-0,47 %)
     
  • Gold future

    1 760,30
    -10,90 (-0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    20 884,43
    -2 424,63 (-10,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    504,88
    -36,72 (-6,78 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,91
    -0,59 (-0,65 %)
     
  • DAX

    13 544,52
    -152,89 (-1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 550,37
    +8,52 (+0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 705,21
    -260,13 (-2,01 %)
     
  • S&P 500

    4 228,48
    -55,26 (-1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,81 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1823
    -0,0109 (-0,92 %)
     

Pourquoi les médecins généralistes sont tentés de prescrire la "Grande Sécu"

·2 min de lecture

INTERVIEW - Le patron du premier syndicat de médecins généralistes de France, Jacques Battistoni, revient sur le débat autour de l’instauration d’une assurance maladie universelle qui mettrait fin aux mutuelles. "Instaurer une "Grande Sécu" permettrait de revenir à ce beau principe où chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins", défend-il.

Alors que le sujet de la santé peine à émerger dans la campagne présidentielle, Jacques Battistoni, président du syndicat MG France, prône un remboursement à 100% du premier niveau de soins et pointe le gâchis des milliards de frais de gestion des assurances complémentaires. A ses yeux, la création d’une "Grande Sécu" n’aboutirait pas une "étatisation" du système de santé tricolore.

Challenges - Le ministère de la Santé a lancé il y a quelques semaines qui rembourserait les soins à 100% et mettrait fin aux mutuelles, qu’en pensez-vous?

Jacques Battistoni - Le débat sur la "Grande Sécu" pose de bonnes questions. Le système français de double financement des soins par l’Assurance maladie et les mutuelles comporte de nombreux effets pervers. Le plus grave est qu’il ne favorise pas l’accès aux soins pour les personnes les plus pauvres qui n’ont pas les moyens d’avoir une mutuelle. Il y a encore trop de personnes en France qui renoncent à se soigner pour des raisons financières. Sans mutuelle, un patient doit en effet payer de sa poche 30% d’une consultation médicale et 35% des médicaments prescrits. Et sont souvent plus élevés pour les personnes âgées ou fragiles qui ont justement le plus besoin de soins. Instaurer une "Grande Sécu" permettrait de revenir à ce beau principe où chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins.

Vous défendez donc le remboursement des soins à 100% par l’Assurance maladie…

Chez MG France, nous prônons depuis plusieurs années le remboursement à 100% des "soins primaires", c’est-à-dire le premier niveau de soins: médecins généralistes, médicaments prescrits, infirmiers, etc. Toutes les études montrent que la gratuité de favorisent la bonne santé des populations, et en particulier des plus pauvres qui n’hésitent plus à aller chez leur généraliste dès les premiers symptômes d’une maladie. Cela évite une aggravation de l’état du patient et facilite la prévention ou le dépistage.

Quels seraient les autres avantages de la "Grande S[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles