La bourse ferme dans 6 h
  • CAC 40

    6 137,49
    +90,18 (+1,49 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 581,04
    +42,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 438,26
    -62,42 (-0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0589
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 827,80
    +3,00 (+0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    19 974,65
    -418,87 (-2,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    461,73
    -0,07 (-0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,99
    +1,42 (+1,30 %)
     
  • DAX

    13 323,94
    +137,87 (+1,05 %)
     
  • FTSE 100

    7 341,09
    +82,77 (+1,14 %)
     
  • Nasdaq

    11 524,55
    -83,07 (-0,72 %)
     
  • S&P 500

    3 900,11
    -11,63 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 049,47
    +178,20 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    22 418,97
    +189,45 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,2275
    +0,0005 (+0,04 %)
     

Pourquoi la Défense américaine s'intéresse-t-elle de si près aux crevettes-pistolet?

À la poursuite d'Octobre rouge et blanc. | Esperanza Doronila via Unsplash
À la poursuite d'Octobre rouge et blanc. | Esperanza Doronila via Unsplash

Les sonars militaires, bien qu'ils soient utiles pour détecter certaines menaces, sont également responsables de tragédies: en brouillant les signaux des sonars de baleines, ils les amènent parfois à s'échouer sur les côtes.

Heureusement pour ces mammifères, cette technologie utilisée depuis la Grande Guerre a peut-être fait son temps. Selon la BBC, un nouveau projet s'intéressant aux sons naturels entendus dans les profondeurs et dirigé par Lori Adornato, de l'agence américaine de recherche et de développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire (la Darpa), pourrait bientôt les remplacer.

«Aujourd'hui, on traite ces sons comme du bruit de fond, des interférences qu'on essaie d'éliminer. Pourquoi ne pas en tirer un avantage et voir si on peut y trouver un signal?», s'interroge la chercheuse.

À lire aussiEn Russie, Boeing et Airbus commencent à tomber en pièces

Son projet, «Persistant Aquatic Living Sensors» (PALS, pour «capteurs aquatiques vivants permanents»), consiste à écouter les animaux marins dans le but de détecter les menaces.

Le PALS peut couvrir une région vaste et ce pendant plusieurs mois –contrairement aux bouées sonars habituelles, dont la batterie ne tient que quelques heures. Plusieurs équipes chargées d'étudier des espèces diverses sont parrainées pour mettre au point cette technologie.

Laurent Cherubin dirige, par exemple, le groupe planchant sur les mérous géants. Ces poissons de plus de 300 kilos produisent des sons d'alerte très puissants pour éloigner les intrus.

Le chercheur et son équipe ont travaillé sur ces signaux, bien distincts de ceux émis pour les parades nuptiales. Un algorithme a donc été programmé pour différencier les sons particuliers, puis transformé en logiciel intégré à des hydrophones placés sous l'eau.

Crevettes espionnes

Pour les crevettes, nous...

Lire la suite sur korii.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles