La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 596,18
    -233,10 (-1,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Pourquoi Lula aura du mal à redresser un Brésil coupé en deux en 2023

© R. Pacco / AP / Sipa

2023, Le monde qui vient (12/53). De retour au pouvoir, le président brésilien Lula a déjà été testé par une tentative d’insurrection des bolsonaristes, dimanche 8 janvier. Il va devoir agir dans un environnement économique et politique plus rude que lors de ses deux premiers mandats. Lutte contre la déforestation, redressement de la démocratie et assainissement budgétaire en ligne de mire.

Après quatre années désastreuses sous Jair Bolsonaro, un populiste d'extrême-droite qui a ravagé la forêt tropicale et traité la pandémie comme une "grippette" dont les partisans ont tenté en vain de reprendre le pouvoir dimanche 8 janvier, le Brésil a un nouveau président pour 2023. Luiz Inacio Lula da Silva, un des fondateurs du Parti des travailleurs (PT) et président du Brésil de 2003 à 2010, reprend la barre du pays après une campagne brutale et parfois violente. Il a battu Jair Bolsonaro au second tour du scrutin le 30 octobre par 50,9% contre 49,1%.

Lourd passé

Le départ de Bolsonaro replacera le Brésil sur la scène internationale aussi bien dans la lutte contre le changement climatique que sur le plan des efforts visant à instaurer la paix et la démocratie en Amérique latine, notamment au Venezuela voisin. Parallèlement, le président Lula veillera à assurer le retour à un fonctionnement normal des institutions, quelque peu déstabilisées par Bolsonaro, tout en déclinant un agenda économique et social marqué à gauche. Mais il aura du mal à gérer un congrès conservateur et à rassembler un pays fortement polarisé. De nombreux Brésiliens reprochent toujours à son parti, le PT, un énorme scandale de corruption (Lava Jato). Ils lui tiennent aussi rigueur de la récession de 2014-2016 dont l'économie ne s'est jamais tout à fait remise.

Lire aussiBrésil : Lula revient au pouvoir dans un pays tourmenté et divisé

Lula affirme que sa priorité est d'aider les pauvres. Il a promis d'augmenter les aides, d'effacer certaines dettes et de mettre sur pied un vaste programme d'infrastructures afin de relancer la croissance et créer des emplois.

Futur vert

Mais l'économie brésilienne est dans une situation bien plus délicate que lors de sa première accession au pouvoir en 2003. Si son gouvernement concrétise son intention de remplacer le plafonnement des dépenses par une règle budgétaire plus souple, il devra convaincre les marchés qu'il n'a pas l'intention de se lancer dans un[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi