La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 941,76
    -144,28 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    11 660,88
    +76,33 (+0,66 %)
     
  • Nikkei 225

    27 346,88
    +19,77 (+0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,0946
    +0,0080 (+0,73 %)
     
  • HANG SENG

    22 072,18
    +229,85 (+1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    21 028,82
    -329,46 (-1,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    520,77
    +278,09 (+114,59 %)
     
  • S&P 500

    4 086,19
    +9,59 (+0,24 %)
     

Pourquoi l'Ukraine est devenue une puissance par procuration

UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SER

EDITORIAL. Les analystes s'attendaient à une rapide victoire russe au début de l'invasion de l'Ukraine, du fait de sa supériorité militaire. Mais grâce à son soft power, l'Ukraine s'est érigé en puissance.

Dans le monde moderne, la puissance d'un pays est bien plus corrélée à sa puissance économique qu'à sa puissance militaire, et résulte aussi de son soft power, l'influence de ses valeurs et de sa culture. Même sur le plan des prouesses militaires, les guerres modernes ne donnent que rarement lieu à des corps-à-corps entre costauds aux biceps saillants. Elles consistent surtout en duels stratégiques engageant des armes à longue portée gérées par de savantes technologies.

Et il est incontestable que gagner ce genre de duels dépend en partie d'un commandement intelligent et bien informé, autrement dit un corps d'officiers qui a en effet appris à parler comme dans une salle des profs.

Guerre d'usure

Avant même l'invasion de l'Ukraine par Poutine, j'étais un fervent lecteur de l'historien militaire Phillips O'Brien, dont l'ouvrage de 2015, How the War Was Won, commence par cette phrase mémorable: "Il n'y a pas eu de bataille décisive pendant la Seconde Guerre mondiale." L'auteur voulait dire par là que ce conflit avait surtout été une guerre d'attrition dans laquelle aucune bataille n'avait fait pencher de manière décisive l'équilibre des forces, notamment au regard du rythme auquel les acteurs principaux du conflit produisaient de nouvelles armes.

Il se trouve qu'O'Brien a été l'un des rares commentateurs à rejeter l'idée selon laquelle la Russie pourrait terrasser l'Ukraine en quelques jours. Il avait au contraire prédit que l'invasion tournerait à la guerre d'usure, et que l'Ukraine avait de bonnes chances de l'emporter. Pourtant, si l'on compare les budgets militaires russe et ukrainien à la veille de la guerre, de nombreux analystes s'attendaient à une rapide victoire russe.

Incapacité à réfléchir correctement

Or les victoires rapides et décisives sont plus difficiles à obtenir que ne l'imaginent les stratèges en chambre. La performance russe semble avoir été entravée par ce qui apparaît comme une totale incapacité à réfléchir correctement, à se rendre compte à quel[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi