Marchés français ouverture 6 h 15 min
  • Dow Jones

    31 880,24
    +618,34 (+1,98 %)
     
  • Nasdaq

    11 535,27
    +180,66 (+1,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 910,55
    -90,97 (-0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0680
    -0,0016 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    20 470,06
    -247,18 (-1,19 %)
     
  • BTC-EUR

    27 365,40
    -1 188,92 (-4,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    654,44
    -20,43 (-3,03 %)
     
  • S&P 500

    3 973,75
    +72,39 (+1,86 %)
     

Pourquoi l’auto la plus produite en France est toujours une Japonaise

·2 min de lecture

La pandémie et les pénuries auraient pu faire perdre à la Toyota Yaris le titre de voiture la plus produite en France qu’elle détient depuis de nombreuses années. Mais le constructeur japonais a su mieux gérer la crise que d’autres.

Tout dernièrement, les dirigeants de Toyota Motor Corporation faisaient savoir que la persistance de la pénurie de semi-conducteurs les contraignait à renoncer à leur espoir d’atteindre la barre des 9 millions de véhicules produits à l’issue de l’exercice qui s’achèvera le 31 mars 2022. Au printemps dernier, le géant japonais s’était fixé pour objectif de produire 9,3 millions de Toyota et de Lexus, avant de se raviser en septembre et de viser 300.000 unités de moins.

Quand la production auto française augmentait de 1,3 % en 2021, celle de la Yaris chutait de 17 %

La frustration chez Toyota est d’autant plus grande qu’il fait état d’une “très forte demande” pour ses produits, en hausse de 4,8 % environ sur un an. Toutefois les perturbations sur les chaînes d’assemblage partout dans le monde sont trop nombreuses pour faire tourner les usines à plein régime. Non seulement les approvisionnements en composants électroniques ne suivent pas, mais certaines matières d’emballage viennent à manquer aussi, quand ce ne sont pas les salariés qui manquent à l’appel. Rien qu’au Japon, dans l’usine de Tsutsumi, la perte de production sur la semaine devrait atteindre les 1.500 voitures, suite à l’annonce le 19 janvier de la contamination de 14 ouvriers.

En début d’année 2021 pourtant, Toyota irritait ses rivaux par sa capacité stupéfiante à maintenir à peu près constants ses approvisionnements en composants électroniques. Son secret ? Des liens très étroits noués avec ses fournisseurs — des compatriotes, pour la plupart — qui contrastent avec la désinvolture avec laquelle d’autres constructeurs traitent les producteurs de composants électroniques.

Lire aussi

Cet avantage n’a duré qu’un temps, néanmoins. De sorte que même l’usine Toyota d’Onnaing, près de Valenciennes n’a pu échapper aux perturbations en tous genres. Elles l’ont finalement contrainte à suspendre carrément sa production au début du mois de septembre 2021. En ces conditions, la chute de 17 % du nombre de Toyota Yari[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Opel Mokka 1,2 T: un mini-Peugeot 2008 "made in France" à la vocation bizarreAu temps du lithium roi, Toyota croit encore en la batterie NiMHL’usine française de Toyota va démarrer la production d’une mini-MazdaLes périls insoupçonnés de l’hybride qui se charge en roulantLe "Made in France" vanté par Toyota est finalement limité

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles