La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 819,15
    -166,63 (-1,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Pourquoi l’Éducation nationale aimerait débrancher élèves et profs des GAFAM

Exit Gmail, Google drive et autre Word à l'école ? Les outils issus des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft, ou GAMAM depuis le changement de nom de "Facebook" pour "Meta"), en particulier Microsoft et Google, sont dans le viseur du ministère de l’Éducation nationale qui souhaiterait qu’élèves et professeurs se tournent davantage vers des services numériques français. Les raisons ? L’absence de garanties en matière de protection des données, et la concurrence déloyale opérée par ces géants américains qui offrent des services gratuits.

>> LIRE AUSSI - Que mettent en place les GAFAM pour rendre internet «plus sûr» pour les enfants ?

Des données insuffisamment protégées

Le ministère de l’Éducation nationale a dévoilé la semaine dernière une consigne étonnante, en répondant à la question d’un député MoDem, Philippe Latombe, dans le Journal Officiel. La rue de Grenelle a donc demandé aux établissements scolaires "d'arrêter tout déploiement ou extension" des outils Microsoft Office 365, téléchargeables gratuitement, ainsi que les services équivalents sur Google. Ces géants américains menacent la souveraineté numérique française, selon le ministère. Et au-delà de savoir si ce combat est perdu d’avance, la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (Cnil), l’autorité de protection des données, affirme en tout cas qu'il s'agit d'une réflexion urgente à avoir.

"Il peut y avoir des informations sensibles sur des données relatives à la santé des personne...


Lire la suite sur Europe1