La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1602
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • Gold future

    1 767,80
    -30,10 (-1,67 %)
     
  • BTC-EUR

    53 703,36
    +3 750,12 (+7,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,46
    +1,15 (+1,41 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3747
    +0,0070 (+0,51 %)
     

Voici pourquoi le krach de l'euro aura lieu en mars 2022

·2 min de lecture

Ludovic Subran, l'économiste en chef de l'assureur allemand Allianz appelle la BCE a changer les règles du jeu de sa politique monétaire. Faute de quoi une nouvelle crise de l'euro aura lieu début 2022. Explications.

Sur le plateau de BFM Business, avec le trentenaire – l’un des plus brillants économistes de sa génération – de l’avenir de la zone euro, qui croule sous .

Le presque jeune homme, qui dirige une cinquantaine de spécialistes de marché chez le géant de l'assurance germanique Allianz, nous explique que l'exécution de cette politique monétaire dite "non conventionnelle" obéit à des règles complexes, fixant notamment une clé de répartition des actifs à racheter par la BCE.

Règles complexes

En fouillant sur le on peut en savoir plus. Mais il est pour le moins difficile de s'y retrouver. Subran a le mérite de bien expliquer les choses. Il nous apprend donc que la BCE obéit à des règles très précises et durement négociées pour établir cette liste d’achats d'environ 100 milliards d’euros par mois. Elles sont fixées par un "QE Program APP" déterminant les différents types d'actifs concernés, et leur pondération. Un sujet très technique, mais très politique, voire diplomatique, puisqu'il prévoit notamment la nationalité des émetteurs d'actifs. La BCE doit ainsi équilibrer ses achats: trop charger en reviendrait par exemple à favoriser ce pays par rapport à d'autres, considérés comme plus vertueux.

Les investisseurs regardent l'affaire de près, car la BCE est tout de même la gardienne de l'euro, et dans son bilan, les "bunds" allemands font meilleur effet que leurs équivalents transalpins, les "BTP".

Le fameux quoi qu'il en coute de Draghi

Le tout fonctionne à peut près depuis la mise en place du fameux "quantitative easing", version européenne et monétaire du "quoiqu'il en coute", mis en place après la crise financière de 2008-2009. C'est d'ailleurs le président de la BCE Mario Draghi qui avait inventé l'expression () en juillet 2012.

Le problème est que ce bel échafaudage, rafistolé et renforcé l'an dernier par la présidente actuelle de la BCE, Christine Lagarde, ne tient plus. Il va devoir être modifié.

Pénurie en vue de Bunds, caviar des investisseurs internationaux

Après[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles