La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 234,44
    +654,36 (+1,89 %)
     
  • Nasdaq

    15 234,11
    +148,64 (+0,99 %)
     
  • Nikkei 225

    27 927,37
    -102,20 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,1284
    -0,0033 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    23 349,38
    -417,31 (-1,76 %)
     
  • BTC-EUR

    43 558,77
    +47,42 (+0,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 271,26
    +11,10 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 594,72
    +56,29 (+1,24 %)
     

Pourquoi les jeunes sont les grands perdants de la crise sanitaire

·2 min de lecture

Dans sa grande enquête annuelle, "France, portrait social", publiée ce jeudi 25 novembre, l'Insee montre comment la crise sanitaire a fortement impacté les jeunes.

Portrait d’une génération sacrifiée. Selon , qui publie ce jeudi 25 novembre sa grande enquête annuelle intitulée "France, portrait social", les jeunes sont bien parmi les grands perdants de la crise sanitaire commencée en mars 2020.

Premier point d’alerte, . "Les jeunes adultes de moins de 30 ans risquent moins que leurs aînés de développer une forme grave de Covid‑19 et d’en décéder, note l’Insee. Cependant, leur état de santé mentale s’est nettement dégradé sous l’effet de la crise sanitaire et de ses impacts sociaux et économiques." De fait, avant l’apparition de la Covid-19, les jeunes adultes n’étaient pas plus sujets à la dépression que le reste de la population française. "10 % des 18‑29 ans souffraient de syndromes dépressifs et 11 % des 30 ans", précise l’institut de statistiques. Soit dans les clous par rapport à leurs ainés. Retournement de situation en mars 2020 : "La prévalence des syndromes dépressifs atteint 19 % en mai 2020 pour les 18‑29 ans, soit 9 points de plus qu’en 2019, tandis qu’elle est stable aux âges plus élevés, poursuivent les experts de l’Insee. Cette forte hausse est surtout portée par les 18‑24 ans pour qui la prévalence des syndromes dépressifs double au cours de cette période, atteignant 22 % en mai 2020 (contre 10 % en 2019)." Et pas de diminution lors des confinements suivants : ils culminent toujours à 19% contre 13% pour les 25-29 ans et 10% pour les 30 ans ou plus. Pour faire face à ce problème de santé publique, Emmanuel Macron a annoncé en septembre dernier qu’à partir de 2022, "les consultations de psychologues sur orientation par un médecin."

Une baisse des embauches des jeunes

Autre difficulté engendrée par la crise sanitaire : l’insertion professionnelle. "Surreprésentés parmi les entrants sur le marché du travail et occupant plus souvent des emplois temporaires, les jeunes adultes subissent en 2020 les effets de la crise sur l’emploi, décrypte l’Insee. Ainsi, en moyenne sur l’année, le taux d’emploi des 18‑24 ans di[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles