La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    52 237,50
    -1 384,83 (-2,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Pourquoi Jean-Chritophe Grangé explore les cauchemars des nazis dans "Les Promises"

·1 min de lecture

C'est son premier roman qui s'inscrit dans le passé. Jean-Christophe Grangé, l'auteur des Rivières Pourpres, publie Les Promises. Un livre dont l'intrigue suit les meurtres de femmes de hauts dignitaires nazis, visitées dans leurs cauchemars par l'homme mystérieux qui les tuera ensuite. Une histoire inspirée du travail de la journaliste Charlotte Beradt, comme il l'explique samedi au micro d'Isabelle Morizet, l'émission Il n'y a pas qu'une vie dans la vie.

>> Retrouvez les émissions d'Isabelle Morizet tous les week-ends de 13h à 14h sur Europe 1 ainsi qu’en podcast et en replay ici

Ce n'est pas un hasard si Jean-Christophe Grangé s'intéresse au troisième Reich. Il expliquait déjà par le passé avoir beaucoup étudié le nazisme, "un vivier pour les pires pulsions humaines". "Il existe un livre de l'époque d'une Berlinoise qui a collecté les rêves de son entourage", explique le romancier, évoquant Charlotte Beradt. "Elle avait remarqué que même les personnes qui vivaient apparemment bien le régime nazi faisaient des cauchemars. Toujours sur fond de nazisme. Toujours sur fond d'oppression et de terreur du système."

"Le héros, habitué à arrêter des innocents, va devoir poursuivre un vrai tueur"

"Cela m'avait beaucoup intéressé parce que c'est la preuve que la dictature était tellement lourde qu'elle avait réussi à pénétrer même l'inconscient collectif et que les gens rêvaient du nazisme", analyse-t-il. "J'ai trouvé qu'il y avait là un vrai thème et ça a donné ce tueur très my...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles