Marchés français ouverture 1 h 49 min
  • Dow Jones

    31 391,52
    -143,99 (-0,46 %)
     
  • Nasdaq

    13 358,79
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    29 543,57
    +135,40 (+0,46 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 638,90
    +543,04 (+1,87 %)
     
  • BTC-EUR

    40 819,03
    -47,86 (-0,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    990,55
    +2,46 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 870,29
    -31,53 (-0,81 %)
     

Pourquoi Ineos mise sur un 4x4 à contre-courant des tendances actuelles

·2 min de lecture

Le petit groupe britannique produira son nouveau tout-terrain à Hambach, en Moselle. Une ex-usine spécialisée dans les micro-électriques Smart.

Ironie de l’histoire, alors que les micro-voitures électriques sont encensées urbi et orbi et les gros 4x4 voués aux gémonies, . Avec la bénédiction des syndicats, des médias et des pouvoirs publics. La ministre déléguée à l’Industrie Agnès Pannier-Runacher s’est même rendue en Moselle le 14 janvier pour la signature officielle de la reprise du site Smart France de Daimler par le britannique Ineos, firme automobile créée par le milliardaire Jim Ratcliffe à partir de son groupe pétrochimique. Inaugurée en 1997 par le président Jacques Chirac, l’usine des mini-citadines sera reconvertie dans la production du tout-terrain Grenadier pur et dur, clone quasi-parfait de l’ex-Land Rover Defender 110, né en 1948.

Production à adapter

Ce n’est pas le moindre des paradoxes dans un pays qui frappe de lourds malus (30.000 euros) ces engins lourds et passe-partout. Climatosceptique et ardent partisan du Brexit, Jim Ratcliffe estime qu’il y a toujours de la place sur le marché pour un tout-terrain rustique, simple et solide. Rien à voir avec un SUV pour frimeurs citadins! A contre-courant des tendances actuelles, le Grenadier vient "s’inscrire dans un marché du 4x4 traditionnel extrêmement étroit et en totale régression", souligne un concurrent. Avec une poignée de constructeurs comme Toyota ou l’américain Jeep. En France, c’est devenu un minuscule créneau de 3.000 véhicules à peine (en 2020), auxquels s’ajoutent un peu moins de 10.000 pick-up. Ces engins demeurent cependant indispensables aux pompiers, militaires, forestiers, montagnards, agriculteurs. Et, en dehors d’Europe, le potentiel existe encore dans les régions à faibles infrastructures routières où l’antique Defender quadrille encore les pistes.

C’est tout le pari de Jim Ratcliffe, par ailleurs actionnaire de l’écurie de F1 Mercedes. "Nous ne pouvions tout simplement pas ignorer l’occasion unique offerte par Hambach, à savoir l’achat d’une usine de production automobile moderne dotée d’une main-d’œuvre exceptionnelle", a[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi