La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 303,17
    -633,87 (-2,05 %)
     
  • Nasdaq

    13 270,60
    -355,47 (-2,61 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2117
    -0,0052 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 811,20
    -1 034,99 (-3,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    627,90
    -12,02 (-1,88 %)
     
  • S&P 500

    3 750,77
    -98,85 (-2,57 %)
     

Pourquoi le géant chinois Huawei a-t-il choisi de s'implanter en France ?

·1 min de lecture

L'annonce est tombée jeudi : le géant chinois de la téléphonie s’implante en France. Huawei va lancer la construction d’une usine de matériel télécom à Brumath, près de Strasbourg. Une première hors de Chine pour le groupe, qui a choisi d'investir en France plutôt qu'ailleurs, où il est encore plutôt bien vu. Car ce n’est plus le cas aux États-Unis, où le géant chinois, soupçonné d’espionnage, est purement et simplement banni. Et ces derniers mois, plusieurs pays ont emboîté le pas de Washington et ont pris leurs distances avec Huawei, notamment le Royaume-Uni.

Des relations cordiales avec la France

L’entreprise a donc dû revoir sa stratégie, comme l’expliquait il y a quelques mois à Europe 1 Minggang Zhang, directeur général adjoint de Huawei France : "Dans cette situation, aujourd’hui, le marché européen devient un marché encore plus important, on peut dire presque vital même. Ça veut dire qu’il pourrait y avoir plus d’investissements en Europe et donc évidemment en France. Et ça pourrait se renforcer. Dans les domaines encore plus critiques, une partie de la technologie 5G est élaborée en France."

A LIRE AUSSI >> L'innovation Huawei : toujours plus loin

Et pourtant la France a aussi pris des mesures préventives. Les opérateurs télécoms ont par exemple interdiction de faire appel à Huawei pour construire leur réseau 5G. Mais malgré cela, les relations avec la France sont cordiales. "Bercy accueille nos investissements à bras ouverts", glisse-t-on chez Huawei. De fait,...


Lire la suite sur Europe1