La bourse ferme dans 1 h 54 min
  • CAC 40

    6 532,26
    +42,26 (+0,65 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 746,86
    +31,49 (+0,85 %)
     
  • Dow Jones

    33 198,69
    +424,28 (+1,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0321
    +0,0103 (+1,01 %)
     
  • Gold future

    1 812,60
    +0,30 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    23 352,97
    +645,05 (+2,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    566,50
    +35,28 (+6,64 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,05
    -0,45 (-0,50 %)
     
  • DAX

    13 667,64
    +132,67 (+0,98 %)
     
  • FTSE 100

    7 512,11
    +23,96 (+0,32 %)
     
  • Nasdaq

    12 749,27
    +255,34 (+2,04 %)
     
  • S&P 500

    4 185,26
    +62,79 (+1,52 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • HANG SENG

    19 610,84
    -392,60 (-1,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2210
    +0,0134 (+1,11 %)
     

Pourquoi la France n’arrive pas à se débarrasser de ses centrales à charbon

CHRISTIAN HARTMANN

Le minerai noir ne représente plus que 1% de l’électricité produite dans l’Hexagone. Mais il est très difficile de s’en passer entièrement. Surtout les jours de grand froid.

Le charbon est comme le pansement du capitaine Haddock. On veut s’en débarrasser et il vous colle à la peau. On pensait que le minerai noir, énergie fossile la plus polluante, était uniquement utilisé par les pays en développement (Chine, Inde, Indonésie). Erreur! Tous les grands pays ont encore un reliquat charbonnier. Et ces dernières semaines, . Face à la pénurie de gaz russe qui se profile, plusieurs pays -Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Bulgarie, Italie, Grande-Bretagne…- ont annoncé qu'ils allaient recourir plus fortement à leurs centrales à charbon.

La France est d’abord restée en retrait. Elle s’est d’abord préoccupée de ses approvisionnements en gaz en indiquant qu’elle visait un taux de de 100% au début de l’hiver contre 85% à cette période de l’année. Mais aujourd’hui, cette action ne suffit pas. D’où le recours au minerai noir. Propriété de GazelEnergie, filiale d’EPH, le groupe du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, l’unité charbonnière de Saint-Avold (Moselle) était officiellement fermée depuis le 31 mars. Elle devrait "à titre conservatoire, compte tenu de la situation ukrainienne" et des tensions sur le marché de l'énergie, a indiqué le ministère de la Transition énergétique. Quant à la deuxième centrale française, celle du Cordemais (Loire-Atlantique), propriété d’EDF, elle sera prolongée au moins jusqu’en 2024. Et dire qu’il y a cinq ans, à l'occasion du Plan climat, l’ancien ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot avait dit que ...

Ressource d’appoint indispensable

Ces dernières années, plusieurs unités charbonnières ont mis la clé sous la porte. Le minerai noir ne représente plus que 1% de l’électricité produite en France. Mais il est difficile de s’en passer entièrement. "Quand il fait très froid, que faire s'il n'est plus possible d'utiliser les centrales à charbon, en particulier en Bretagne, Cordemais étant le principal site d'alimentation en électricité de cette région?", disait en 2018 à l'occasion d'une audition à l'Assemb[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles