La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    40 979,71
    -858,88 (-2,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Pourquoi les Français veulent changer de vie

·2 min de lecture

La pandémie donne des fourmis dans les jambes : les Français n'ont jamais tant voulu de changement dans leur quotidien ou leur travail. Témoignages et conseils avant de sauter le pas.

Anthony Lietart se souvient très bien du moment où tout a basculé. C’était pendant le premier confinement, à Chatou, dans la banlieue ouest de Paris. « Je buvais mon café, et je me suis dit : si j’avais le choix, pour quelle entreprise j’aimerais travailler ? » Le trentenaire, à l’époque directeur artistique dans une agence de publicité, consulte alors le site Web de F-One, sa marque de kitesurf favorite, et là, miracle, un poste équivalent au sien est ouvert. Une dizaine de mois plus tard, le temps de vérifier que ce n’était pas juste un coup de tête, sa compagne et lui débarquent à Pérols, juste à côté de Montpellier. « J’ai divisé mon revenu par trois, mais j’ai tellement gagné en qualité de vie , se réjouit ce passionné de sport. Je longe les étangs à vélo pour aller travailler. Le soir, je fais du kite surf. »

Destination Clérac

A 500 kilomètres à l'ouest, Lénaïc Montenez, 33 ans, son mari et leurs deux jeunes enfants viennent de poser leurs bagages dans la campagne charentaise, à Clérac. « Pendant le confinement, on s'est retrouvé à quatre dans un appartement à Paris, à l'étroit et sans les avantages habituels de la capitale, les restaurants, cinémas, musées et parcs… Ça ne vendait pas du rêve ! » Quelques visites de maisons plus tard, la famille a troqué le périphérique et ses embouteillages pour un village de 146 habitants et un T3 contre une maison avec six chambres et un terrain de 4 000 mètres carrés…

Tout ça à 1 heure seulement de la gare de Bordeaux. « Il y a de moins en moins cette idée qu'il faut forcément être à Paris pour y travailler » , estime celle qui est culture et engagement manager au sein de la start-up Cheerz. « Mon mari a trouvé un emploi de développeur pour la start-up Jow, en télétravail. Je serai en télétravail aussi, jusqu'à la fin d'année. Une semaine sur deux, je viendrai à Paris, du lundi au mercredi. »

Loin d'être des cas isolés, Anthony Lietart et Lénaïc Montenez sont à l'image des Français. Selon un sondage effectué par Harris In[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles