Marchés français ouverture 4 h 42 min
  • Dow Jones

    33 949,01
    -207,68 (-0,61 %)
     
  • Nasdaq

    11 910,52
    -203,27 (-1,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 479,86
    -126,60 (-0,46 %)
     
  • EUR/USD

    1,0732
    +0,0014 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    21 376,39
    +92,87 (+0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    21 080,70
    -750,41 (-3,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    519,94
    -16,95 (-3,16 %)
     
  • S&P 500

    4 117,86
    -46,14 (-1,11 %)
     

Pourquoi Ford n'en finit pas de supprimer des emplois et de fermer des usines en Europe

Challenges - N. Meunier

En arrêtant la petite Fiesta, Ford a annoncé de nouvelles suppressions de postes en Allemagne, à Cologne. Le site de Sarrelouis devrait par ailleurs être fermé. Malgré des réductions constantes d'effectifs, Ford demeure mal en point. Il produit trop cher outre-Rhin, alors que son image est faible.

Ce n’est jamais fini chez Ford. Champion des fermetures d’usines en Europe, le constructeur auto américain prévoit de supprimer encore plus d'un millier d'emplois en Allemagne, à Cologne, selon l'hebdomadaire Automobilwoche. Le président du comité d'entreprise a convoqué l'ensemble des 14.000 salariés du site (y compris le principal bureau de design européen, le centre technique et la coordination européenne du constructeur) pour une réunion ce lundi, ajoute le magazine spécialisé. Le groupe de Dearborn (Michigan) emploie environ 20.000 personnes en Allemagne, d’après son site internet.

En cause cette fois : l’arrêt de l’emblématique petite Fiesta, une rivale historique des Peugeot 208 et Renault Clio. C’était la moins chère des Ford (22.790 euros lorsqu’elle était encore au catalogue fin 2022), même si son prix avait sérieusement grimpé depuis un an. Le modèle ne figure déjà plus au configurateur internet de Ford France ! Mais des stocks existent chez les concessionnaires. "La production sera arrêtée à l’été 2023 dans l’usine de Cologne", expliquait fin novembre Louis-Carl Vignon, PDG de Ford France, dans un entretien avec Challenges. Cette citadine née en 1976 a vu huit générations se succéder, si l’on compte tous les restylages. Soit plus de 22 millions d’unités au cumul. Le constructeur avait supprimé en 2019 la mini-Ka+, un véhicule en-dessous de la Fiesta. Ce modèle minimaliste (à partir de 10.450 euros) était, lui, concurrent de la Dacia Sandero. A l'image de la plupart des constructeurs, Ford affirme vouloir monter en gamme. Mais c'est une rude gageure. Car son image en Europe est surtout… celle d’un fabricant de petites voitures populaires.

Sarrelouis menacé

Ford va désormais dédier son site de Cologne aux modèles électriques. Ford a d’ailleurs annoncé un investissement d’environ 2 milliards de dollars (1,84 milliard d'euros) dans le développement de son usine de Cologne, où il assemble des Fiesta et fabrique des moteurs et des systèmes de transmission, afi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi