La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 965,88
    -57,92 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 136,91
    -48,06 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    34 725,47
    +564,69 (+1,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1152
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 790,10
    -3,00 (-0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    34 115,56
    +905,73 (+2,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    863,83
    +21,37 (+2,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,29
    +0,68 (+0,79 %)
     
  • DAX

    15 318,95
    -205,32 (-1,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 466,07
    -88,24 (-1,17 %)
     
  • Nasdaq

    13 770,57
    +417,79 (+3,13 %)
     
  • S&P 500

    4 431,85
    +105,34 (+2,43 %)
     
  • Nikkei 225

    26 717,34
    +547,04 (+2,09 %)
     
  • HANG SENG

    23 550,08
    -256,92 (-1,08 %)
     
  • GBP/USD

    1,3401
    +0,0019 (+0,14 %)
     

Pourquoi les fonds d’investissement attirent plus que les banques d’affaires

·2 min de lecture

INTERVIEW - Les banques d’affaires connaissent un turn-over important malgré ses salaires mirobolants dès les premiers postes. A l’inverse, les jeunes diplômés se tournent de plus en plus vers les fonds d’investissement. Comment expliquer cette évolution? Entretien avec deux chasseurs de têtes.

La banque d’affaires peine à conserver ses recrues, et en particulier les juniors, malgré l’augmentation généralisée des salaires aux Etats-Unis et en Europe depuis le mois d’août 2021, à la suite du . Si les analystes les plus juniors touchent (et autour de 80.000 en Europe), la carotte de la rémunération ne contrebalance plus le bâton des semaines de 100 heures. Selon les chasseurs de têtes Thierry Carlier-Lacour, président directeur général du cabinet Traditions & Associés, et Diane Segalen, du cabinet Segalen & Associés, les explications sont à chercher du côté d’un métier au fonctionnement encore archaïque et qui peine à donner un sens à ses équipes.

Challenges. Dans les années 2010, la banque d’affaires représentait l’un des environnements les plus attractifs pour les jeunes issus d’écoles de commerce. Elle connaît aujourd’hui un turn-over important, et semble devenir une voie de passage vers les fonds d’investissement plutôt qu’une finalité. Pourquoi?

Diane Segalen. Cette tendance existe depuis longtemps: devenir actionnaire après avoir été dans le rôle de conseil - comme c’est le cas en banque d’affaires - attire, car on devient celui qui prend les décisions. Mais elle s’est accentuée ces dernières années pour plusieurs raisons. D’abord, depuis les années 2000, les fonds d’investissement ont augmenté leurs actifs sous gestion, se sont structurés et ont dû répondre à des process d’acquisition de plus en plus sophistiqués. Cette évolution les a conduits à recruter plus de juniors pour mener des analyses qui, jusque-là, étaient conduites par des banques conseil, en plus de profils expérimentés.

Lire aussi

D’autre part, la banque d’affaires ne fait plus rêver les jeunes car ils y manquent de perspectives d’évolution de carrière. L’organisation managériale de la banque d’affaires est très pyramidale, alors que les fonds sont de plus petites structures où les jeunes ont plus de chances de devenir managing partners à terme.

Thierry Carlier Lacour. J’ajoute que la[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles