Marchés français ouverture 6 h
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    29 618,29
    +260,47 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,85 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    48 402,67
    -121,29 (-0,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 546,91
    +111,12 (+7,74 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     

Pourquoi les fleuristes s'inquiètent de la vente à la sauvette du muguet

·2 min de lecture

Si le gouvernement a décidé d'autoriser la vente à a sauvette du muguet, les fleuristes appellent à l'encadrer strictement. Il faut dire que le 1er mai constitue habituellement la 4e journée de l'année de ventes pour les fleuristes.

Un brin du muguet pour un brin de bonheur. La tradition du 1er mai pourrait bien marquer une pause bienvenue dans ce climat anxiogène lié à la pandémie de Covid-19. Mais du côté des fleuristes, l'inquiétude perdure quant à la vente à la sauvette de ces petites clochettes blanches. Car la Fédération française des artisans fleuristes (FFAF) militait pour l'interdiction de cette vente à la sauvette. Une demande non suivie par pour permettre à la fois la célébration de cette tradition populaire et le respect du protocole sanitaire en vigueur." Et de préciser que la vente à la sauvette par des associations ou particuliers reste bien autorisée "dans le respect de la limite des rassemblements à six personnes."

Lire aussi

Une annonce dont la FFAF a pris acte mais celle-ci espère néanmoins un encadrement strict de ces ventes sur la voie publique. "Il appartient à l'Etat de prendre ses responsabilités", indique Florent Moreau, président de la FFAF à Challenges. Pourquoi une telle opposition des fleuristes? "Ce que l'on dénonce, ce n'est pas la vente bon enfant par des particuliers ou associations mais celle des réseaux illégaux de distribution", précise-t-il. Des ventes "sauvages" qui créent selon lui une forte "distorsion de concurrence" en raison de l'absence de paiement des charges et TVA, contrairement aux professionnels du végétal.

22 millions d'euros dépensés

Un sujet d'autant plus sensible que le muguet du 1er mai est un temps fort de l'année pour les fleuristes. C'est tout simplement le "4e jour d'activité derrière la fête des mères, les fêtes de fin d'année et la Saint-Valentin", confirme Florent Moreau. En 2019, ce sont 22 millions d'euros qui ont été dépensés pour cette tradition par les foyers français . Avec 31% des ventes réalisées chez un fleuriste, 25% en grande distribution, 11% sur un marché, 9% en jardinerie et 4% directement sur l'exploitation. Ce qui laisse 20% de ventes réalisées dans d'autres lieux et notamment dans la rue. Sur cette part, "une petite [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi