Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 470,21
    +319,88 (+0,82 %)
     
  • Nasdaq

    17 625,12
    -64,24 (-0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    38 804,65
    +208,18 (+0,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,0732
    +0,0034 (+0,32 %)
     
  • HANG SENG

    18 027,71
    -0,81 (-0,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 150,07
    -3 568,28 (-5,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 253,78
    -55,94 (-4,27 %)
     
  • S&P 500

    5 477,18
    +12,56 (+0,23 %)
     

Pourquoi les femmes ne savent pas faire du vélo

Pas facile d’avouer à ses amis qu’on ne sait pas pédaler lorsqu’on est une jeune Française en 2023. Heureusement, plusieurs associations proposent des cours de vélo pour adultes. Elles accueillent en grande majorité des femmes, car la pratique du vélo obéit encore à des normes de genre.

« Ah bon, tu ne sais pas faire du vélo ? » Cette question posée sur un ton mi-effaré, mi-amusé, je l’entends tous les ans. Elle revient comme un boomerang, lorsque je pars en vacances avec mes amis ou que le métro s’arrête sournoisement de circuler.

En février 2023, après vingt-sept années de déni, j’ai décidé de prendre le problème en main et de m’inscrire dans une vélo-école. Après tout, nous vivons dans un pays où les gens sont libres de se déplacer comme ils le souhaitent. En plus, la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB) revendique plus de 150 associations dans l’hexagone pour apprendre à pédaler.

PUBLICITÉ

Je me retrouve donc à tenir le guidon un samedi, à 9 h du matin, à la vélo-école de Montreuil en Seine-Saint-Denis. D’emblée, je suis frappée de voir que le public des débutants est presque entièrement féminin. Est-ce que certains hommes ne savent pas faire du vélo et ont trop honte de le dire ? Impossible de chiffrer ce phénomène, mais l’observatoire de la FUB estime bien à environ 90 % la proportion de femmes parmi les apprentis cyclistes.

Vaincre sa peur

Maïmouna,

[Lire la suite]