La bourse ferme dans 56 min
  • CAC 40

    6 513,61
    -43,79 (-0,67 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 738,04
    -39,34 (-1,04 %)
     
  • Dow Jones

    33 776,82
    -222,22 (-0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,0048
    -0,0044 (-0,43 %)
     
  • Gold future

    1 765,20
    -6,00 (-0,34 %)
     
  • BTC-EUR

    21 357,05
    -2 127,85 (-9,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    508,32
    -33,28 (-6,15 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,03
    +0,53 (+0,59 %)
     
  • DAX

    13 571,22
    -126,19 (-0,92 %)
     
  • FTSE 100

    7 557,13
    +15,28 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    12 739,00
    -226,34 (-1,75 %)
     
  • S&P 500

    4 238,52
    -45,22 (-1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,81 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1813
    -0,0119 (-1,00 %)
     

Pourquoi il faut inscrire le droit à l'IVG dans notre Constitution

BENOIT TESSIER

EDITO L'initiative d'Aurore Bergé, la nouvelle patronne des députés LREM qui veut inscrire le droit à l'IVG dans la constitution, est bien plus qu’une manoeuvre. C'est une étape indispensable pour empêcher tout retour en arrière de ce droit fondamental des femmes, un risque bien réel.

Sans doute aucun, il y a une opération qu’on peut aisément qualifier de "politicienne" dans la volonté initiale d’Aurore Berger, la toute nouvelle présidente du groupe parlementaire LREM, Mais la manœuvre n’aurait pas pris – au point d’attirer à elle des députés de droite comme de gauche et de mettre en difficulté ceux de droite extrême- si elle n’avait pas touché à un point essentiel. La gifle infligée aux femmes américaines par la Cour suprême qui est revenue sur leur droit à l’avortement pour le placer sous dépendance des Etats a été ressentie profondément en France, car elle a ravivé et cristallisé cette crainte diffuse que rien n’est jamais acquis des conquêtes féminines prétendument à jamais établies.

Souvenons-nous de la mise en garde si lucide de Simone de Beauvoir : "n’oubliez pas qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis et vous devez rester vigilantes votre vie durant". Si cet avertissement résonne si fort aujourd’hui dans autant de têtes et de cœurs, c’est bien parce que dans le monde entier, comme en France, existe une vague populiste que chevauchent volontiers des forces religieuses réactionnaires, menaçant de loin ou de près les avancées qui paraissent acquises.

Bayrou et Retailleau pas très inspirés

François Bayrou, le démocrate chrétien, qu’on a connu mieux inspiré, même si l’avortement a toujours posé question dans sa famille politique, ou Bruno Retailleau, le patron des sénateurs LR qui n’a jamais été la pointe du combat pour l’émancipation, peuvent toujours arguer que ça se passe loin, aux Etats Unis et que nous sommes en France… Sauf que ce qui est en jeu n’a pas de frontière : le droit des femmes quelles que soient leurs origines, leurs nationalités à disposer de leurs corps.

C’est ignorer ensuite que le vent qui se lève Outre atlantique souffle toujours jusqu’à nous. En particulier tout ce qui touche aux libertés individuelles dont l[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles