La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 192,46
    -176,01 (-0,50 %)
     
  • Nasdaq

    14 458,89
    -48,00 (-0,33 %)
     
  • Nikkei 225

    27 467,23
    -790,02 (-2,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1352
    +0,0022 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    24 127,85
    +15,07 (+0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    36 868,10
    -137,16 (-0,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    994,86
    +0,11 (+0,01 %)
     
  • S&P 500

    4 561,98
    -15,13 (-0,33 %)
     

Pourquoi les entreprises sont-elles "prudentes" voire "réticentes" au télétravail?

·2 min de lecture

Alors qu'il reste fortement encouragé pour combattre la propagation du variant Omicron du Covid-19, le télétravail semble buter sur la réticence de bon nombre d'entreprises, selon un rapport de l'Anact. La ministre du Travail a annoncé de nouvelles amendes administratives pour imposer sa mise en place.

Ce jeudi, une nouvelle version du protocole national entreprise (PSE) imposera trois jours de télétravail obligatoire pendant trois semaines à partir du 3 janvier 2022, quand celui-ci est possible, pour combattre l'épidémie de Covid-19 qui repart à la hausse à cause du variant Omicron. L'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact) a publié . La pratique du depuis 2018 (+ 30%) et notamment depuis le début de la crise sanitaire, 2.720 accords ont été passés en 2021, selon les chiffres du ministère au 15 novembre, après 1.980 pour l'année 2020. Pourtant, le télétravail est encore trop peu appliqué dans les entreprises et le gouvernement compte serrer la vis.

Ce mardi 28 décembre, la ministre du Travail Elisabeth Borne a annoncé aux partenaires sociaux qu'elle souhaitait imposer aux entreprises récalcitrantes à la mise en place du télétravail des amendes administratives. Ces sanctions seront introduites par un amendement dans le projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal. "La ministre souhaite mettre en place des sanctions plus dissuasives et plus rapides (de nature administrative)", a déclaré le cabinet de la ministre à l'issue de la réunion par visioconférence.

S'appuyant sur l'analyse de 40 accords de télétravail signés entre mars et novembre 2020, l'agence conclut que plus de la moitié des entreprises sont encore "prudentes" dans sa mise en place, voire "réticentes" pour un tiers d'entre elles. "Un tiers environ des accords étudiés propose un jour de télétravail par semaine, voire moins et la moitié d'entre eux proposent deux jours par semaine maximum", précise le rapport. Quelles sont les raisons de ce rejet du télétravail par les employeurs?

Manque de maîtrise

Le télétravail est un phénomène encore relativement jeune qui n'est pas inné, ni pour le salarié, ni pour l'employeur. "Le télétravail est un mode d’organisation et un droit en construction, ce qui implique un devoir 'd'humilité', en se laissant le temps de [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles