La bourse ferme dans 4 h 3 min
  • CAC 40

    6 318,04
    -40,70 (-0,64 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 687,69
    -20,70 (-0,56 %)
     
  • Dow Jones

    31 880,24
    +618,34 (+1,98 %)
     
  • EUR/USD

    1,0711
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    1 857,10
    +9,30 (+0,50 %)
     
  • BTC-EUR

    27 405,03
    -1 283,40 (-4,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    656,56
    -18,32 (-2,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,67
    +0,38 (+0,34 %)
     
  • DAX

    14 096,41
    -78,99 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 503,03
    -10,41 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    11 535,27
    +180,66 (+1,59 %)
     
  • S&P 500

    3 973,75
    +72,39 (+1,86 %)
     
  • Nikkei 225

    26 748,14
    -253,38 (-0,94 %)
     
  • HANG SENG

    20 112,10
    -357,96 (-1,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,2503
    -0,0085 (-0,67 %)
     

Pourquoi Emmanuel Macron suscite autant d'aversion

·2 min de lecture

Rarement président de la République n'a suscité autant d'aversion. Dans le livre qu'ils consacrent au sujet, "Macron, pourquoi tant de haine?", Nicolas Domenach et Maurice Szafran remontent le fil. Et interrogent Emmanuel Macron. Extraits.

Nicolas Domenach et Maurice Szafran, éditorialistes à Challenges, publient Macron, pourquoi tant de haine? aux éditions Albin Michel (280 pages, 19,90 euros). Les deux journalistes ont recueilli des témoignages au sein du premier cercle du pouvoir et auprès du président. Extraits.

UN PHÉNOMÈNE INÉGALÉ DANS L'HISTOIRE

et la haine qu'il suscite. Nous pourrions multiplier les exemples, revenir en particulier sur ces manifestants, "gilets jaunes" ou autres, brûlant ses effigies, dressant des guillotines en carton pour singer une décapitation ou plantant sa tête au bout d'une pique, des pulsions de haine à la fois incontrôlées et inédites sous la Ve République. Certes, les tueurs de l'Algérie française multiplièrent les tentatives d'assassinat contre le général de Gaulle; mais son opposition politique, parlementaire, et pour cause, était respectueuse. Georges Pompidou ferrailla rudement avec les militants gauchistes dans la continuité de son attitude en mai 1968. On ne lui reprocha pourtant pas de sombrer dans la dictature… Valéry Giscard d'Estaing fut constamment raillé, on mit sans cesse en doute l'honnêteté intellectuelle de François Mitterrand, on s'interrogea (beaucoup) sur les capacités de Jacques Chirac, on moqua le "bling bling" de Nicolas Sarkozy, on déplora les méthodes émollientes de François Hollande "Flanby"… Mais aucun d'eux, en dépit des circonstances et des contextes, ne provoqua le déchaînement acrimonieux qui accable parfois Emmanuel Macron. (…) On voulait certes voir des nouvelles têtes, mais pas toutes imberbes et impérieuses, des "adulescents" irréligieux, irrespectueux des anciens au point de négliger leur avis et leur présence. Des trop lisses, des trop pressés, ivres de vitesse comme d'eux-mêmes qui ont négligé d'honorer, même symboliquement, leurs anciens et ce qu'ils devaient à ce "vieux pays d'un vieux continent". Le premier malentendu entre le macronisme et nombre de Français est sans doute venu de là: ces enfants en marche avant vers le succ[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles