La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 119,12
    -164,49 (-1,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Pourquoi EDF abaisse à nouveau son niveau de production nucléaire

AFP/Archives - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Annus horribilis pour l’électricien. Cette année, la production nucléaire d’EDF sera la plus faible depuis trente ans.

On s’y attendait et c’est arrivé hier soir. EDF a encore réajusté à la baisse sa prévision de production nucléaire pour l'année 2022. Jusqu'ici, l’électricien envisageait de produire entre 280 et 300 térawattheures en 2022. Désormais, la fourchette devrait plutôt se situer entre 275 et 285 TWh. Il s’agit de la plus faible production depuis les années 1990. EDF est désormais très loin du record de 430 TWh enregistré en 2005.

Cette chute spectaculaire est la conséquence de toute une série de phénomènes. EDF a d’abord été durement impacté par le Covid. En 2020 et l’an dernier, la crise sanitaire a chamboulé les programmes de maintenance qui ont été allongés ou décalés. Dans le même temps, l’âge vénérable du parc nucléaire pose problème. Les visites de maintenance se multiplient et durent plus longtemps. Six visites décennales sont prévues en 2023 et 2024. Or ces opérations indispensables à la sûreté sont chronophages. La troisième visite décennale - lorsqu'un réacteur accuse plus de 30 ans d'âge - s'étend en moyenne sur 164 jours. La quatrième sur 214 jours!

Problèmes de corrosion

A ce phénomène structurel se sont greffés des problèmes de corrosion sur certains réacteurs. Une vraie galère car cet événement totalement inattendu ne sera pas résolu avant au moins dix-huit mois. Le nouveau décalage annoncé par EDF prend aussi en compte l’allongement de la durée d’arrêt de quatre réacteurs -Cattenom 1 et 3, Penly 2 et Chooz B1- concernés par le programme de contrôle. Les réouvertures de Chooz B1 et Penly 2 ont été décalées au 29 janvier alors qu’ils devaient redémarrer les 13 et 23 novembre prochains.

Cattenom 1 et 3, qui devaient être relancés les 17 novembre et 11 décembre prochains, ont vu leur reprise décalée au 26 février 2023. Mais c’est surtout le mouvement social de l’automne qui pénalise EDF. La grève qui s’est déroulée entre mi-septembre et mi-octobre dans une dizaine de centrales n’a pas eu d’impacts immédiats comme cela s’est vu dans les raffineries de Total.[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi