La bourse ferme dans 6 h 26 min
  • CAC 40

    7 164,84
    +32,49 (+0,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 227,07
    +17,76 (+0,42 %)
     
  • Dow Jones

    34 156,69
    +265,67 (+0,78 %)
     
  • EUR/USD

    1,0756
    +0,0025 (+0,24 %)
     
  • Gold future

    1 897,20
    +12,40 (+0,66 %)
     
  • BTC-EUR

    21 574,79
    +15,20 (+0,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,94
    +8,99 (+1,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,28
    +1,14 (+1,48 %)
     
  • DAX

    15 442,42
    +121,54 (+0,79 %)
     
  • FTSE 100

    7 916,06
    +51,35 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    12 113,79
    +226,34 (+1,90 %)
     
  • S&P 500

    4 164,00
    +52,92 (+1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2102
    +0,0050 (+0,41 %)
     

Pourquoi Dominique Senequier verrouille le fond de private equity Ardian

T. Laisne/SP

L'éventuelle introduction en Bourse du fond de capital-investissement dont parle le Tout-Paris financier, imposerait à son omnipotente dirigeante de clarifier sa succession. Un sujet tabou.

Pour la première fois, cet été, Dominique Senequier est entrée dans le classement des 500 Fortunes de France de Challenges. Ulcérée de pointer à la 183e place - avec un patrimoine valorisé 650 millions d'euros -, la présidente et fondatrice d'Ardian, l'un des fonds de private equity les plus importants au monde, s'est empressée de décrocher son téléphone.

L'objectif? Faire réduire l'estimation de ses richesses. En vain. En novembre, des documents actant d'une refonte des statuts d'Ardian ont mis un prix public à l'entreprise: 6,8 milliards, selon Les Echos. De quoi placer à 680 millions le patrimoine professionnel de celle qui détient près de 10% de la société et représente l'un de ses plus importants actionnaires individuels.

Assailli par les banquiers

Ces chiffres mirobolants sont purement théoriques. Toutefois, d'autres financiers ont réussi à les traduire en virements sur leurs comptes en banque. Ces cinq dernières années, dans un mouvement inédit, des sociétés d'investissement européennes - le suédois EQT, les britanniques Bridgepoint et dernièrement CVC, les français Tikehau et Antin - se sont successivement ouvertes aux marchés publics.

Tous les regards se sont alors tournés vers la plus grosse success story financière française; et les rumeurs d'introduction en Bourse d'Ardian ont fleuri à mesure que la tendance s'est affirmée. "Les banquiers d'affaires nous ont assaillis de propositions pour nous faire coter, rapporte Jérémie Delecourt, chief operating officer du groupe, qui balaye ces bruits. Nous avons envisagé cette possibilité comme une façon parmi d'autres de nous développer, mais nous n'avons signé aucun mandat."

La maison et son impressionnante croissance ont de quoi faire saliver les investisseurs. Ardian brasse aujourd'hui 140 milliards d'euros d'actifs, contre 57,6 milliards en 2013, à sa sortie du giron de l'assureur français Axa; et emploie près de 1.000 collaborateurs dans une quinzaine de bureaux sur les grandes places financières, contre quel[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi