La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,18
    -276,11 (-0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0024 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    29 391,26
    -767,75 (-2,55 %)
     
  • BTC-EUR

    26 593,78
    +206,79 (+0,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    653,40
    +6,08 (+0,94 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Pourquoi dit-on de quelqu'un qu'il nous "court sur le haricot" ?

·1 min de lecture

Stéphane Bern propose chaque jour dans "Historiquement vôtre" avec Matthieu Noël de partir à la découverte des expressions et de remonter leurs origines. Lundi, il choisit de s'attarder sur une expression quelque peu désuète qui servait à exprimer son mécontentement envers quelqu'un : "courir sur le haricot". Il explique qu'elle se rapprocherait fortement d'une autre, qui est "casser les pieds". 

"Il y a un proverbe qui dit "faut pas confondre coco et abricot, le coco a de l’eau, l’abricot a un noyau" et bien l’expression du jour n’a strictement rien à voir puisque c’est "courir sur le haricot". Pour désigner une personne qui vous agace, un collègue de travail par exemple, on dit : "lui il me court sur le haricot". Rien à voir avec vous Matthieu, qui êtes un être délicieux dont la compagnie est un enchantement.

Chaque pays à une version de cette expression 

L'expression, un peu passée de mode, est employée depuis le 16ème siècle. "Courir quelqu’un" était alors une expression populaire pour signifier importuner. Au 19ème siècle, le verbe "haricoter" fait son apparition pour désigner une personne mesquine en affaire, qui négocie sur des détails insignifiants, et qui, du coup, nous enquiquine. Pour vraiment comprendre "courir sur le haricot", il faut savoir qu’au début du 20ème siècle les haricots signifient les orteils. Dès lors, quand on nous court sur les haricots, on nous casse les pieds.

>>Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern en replay et en ...


Lire la suite sur Europe1