La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 547,05
    +119,40 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0438
    +0,0022 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    28 835,27
    -1 014,24 (-3,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    667,04
    +424,36 (+174,87 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

Pourquoi il est si difficile de décarboner les transports?

HORS-SERIE - La baisse des émissions de CO2 de la production d'électricité ne doit pas masquer la hausse de celles des transports. Face au nombre croissant de véhicules, les technologies de substitution, peu efficaces ou juste naissantes, tel l'hydrogène vert, n'inverseront pas la tendance rapidement.

En 1812, Napoléon a dû rentrer en catastrophe de Lituanie, où se trouvaient les restes de la grande armée, à Paris. Il lui a fallu, avec le pouvoir et les prérogatives d'un empereur, pas moins de treize jours pour parcourir un peu plus de 2.000 kilomètres. Sa vitesse moyenne était inférieure à 7 km/h. Elle était équivalente à celle des émissaires romains traversant la Gaule deux mille ans auparavant.

Après l'invention de la roue, et pendant des milliers d'années, la vitesse de déplacement terrestre des hommes et des marchandises est restée la même. Une limite infranchissable. Cela donne une idée des incroyables progrès qui se sont succédé au cours des deux derniers siècles et dont nous ne mesurons plus aujourd'hui l'ampleur tant cela nous semble aller de soi.

La modernité de la mobilité

La vitesse de déplacement a été multipliée par plus de dix au sol avec une voiture et par plus de cent en prenant l'avion. Cela a bouleversé l'horizon, les possibilités d'échanges, de conquêtes et de développement économique d'une humanité assignée auparavant à résidence. Pas étonnant si les transports occupent aujourd'hui une place centrale dans notre civilisation, notre compréhension et notre connaissance du monde, notre prospérité matérielle et notre système économique. La modernité est ainsi depuis deux siècles associée étroitement à la liberté de mouvement.

Mais ce système de transport dans son ensemble, des hommes comme des marchandises, est amené au cours des prochaines décennies à connaître une nouvelle révolution, d'une ampleur sans doute équivalente à celle des deux derniers siècles aussi bien sur terre, sur mer que dans les airs: . Cela signifie que l'ère de transports toujours plus nombreux, toujours moins coûteux, toujours plus rapides et sur des distances toujours plus grandes se termine. Il s'agira d'une évolution progressive, sans doute assez lente. Il ne peut d'ailleurs pas en être autrement contrairement à ce qu'exigent militants, démagogues et autres prophètes de m[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles