Marchés français ouverture 8 h 42 min
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,92 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,25 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,1646
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,43 (+0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    52 385,77
    -660,72 (-1,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,70 (-3,31 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     

Pourquoi le dépistage gratuit du VIH s’étend

·2 min de lecture

Vers une nationalisation du dispositif “Au labo sans ordo”? Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a laissé entendre vendredi 8 octobre 2021 sa volonté de déployer le dépistage gratuit du VIH sur tout le territoire. Un projet de loi a été présenté ce lundi 11 octobre 2021 à l’Assemblée nationale.

Mieux identifier et prendre en charge les séropositifs. Tel est l’objectif de l’extension du dispositif “Au labo sans ordo” au niveau national. Depuis le 1er juillet 2019, cette expérimentation mise en place à l’initiative des "villes sans SIDA" préconise la gratuité des sérologies en laboratoires de ville. Sans prescription médicale et sans rendez-vous, elle s’inscrit dans la lignée du " de 2019. Menés à Paris et au sein des villes des Alpes-Maritimes depuis deux ans, ces tests gratuits représentent 7% de l’ensemble des dépistages du VIH réalisés depuis la crise du Covid-19, selon Santé publique France. Sur les presque 450.000 tests effectués à Paris de juillet 2019 à décembre 2020, près de 32.000 ont été réalisés avec ce nouveau système. Sur la même période, le nombre de tests pratiqués en laboratoire dans la capitale a augmenté de 16,8% par rapport au deuxième semestre de 2018. Les Alpes-Maritimes affichent également un bond de 3,7%.

Cet accès au dépistage gratuit et facilité tend à se généraliser dans l'Hexagone. Ce lundi, l’Assemblée nationale étudie une mesure du qui va dans ce sens. Si le texte est adopté, toute personne potentiellement exposée au risque du VIH pourra accéder au dépistage librement en laboratoire dès janvier 2022. "Les tests étaient déjà gratuits quand les Français possédaient une prescription, mais l'étape obligatoire chez leur constituait un frein dans leur démarche, détaille Florence Thune, directrice générale de l'association Sidaction. Certains n'osent pas parler sexualité, d'autres redoutent les questions de discrimination, craignent d'apprendre leur séropositivité ou considèrent encore le VIH comme mortel."

Qui finance l'étendue du dispositif? ne prévoit pas d'enveloppe budgétaire dédiée, mais compte assurer le remboursement des dépistages en laboratoire. "Si nous étions parvenus à augmenter le nombre de tests sur ordonnance, l'organisation du système de santé les auraient pris en charge naturellement, explique la directrice généra[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles